OM : Clauss souffre à Marseille, il a tout compris

OM : Clauss souffre à Marseille, il a tout compris

Icon Sport

L'OM recevra Toulouse jeudi soir pour sa reprise en Ligue 1. Une rencontre importante pour la dynamique des hommes d'Igor Tudor. 

Juste avant la trêve liée à la Coupe du monde, l'OM allait s'imposer au bout du suspense sur la pelouse de l'AS Monaco. Une victoire très importante alors que l'élimination en Ligue des champions avait fait beaucoup de mal aux têtes phocéennes. L'OM reprendra sa route en Ligue 1 contre Toulouse ce jeudi soir au Stade Vélodrome. Un match important dans la lutte pour le podium. Non-présent à la Coupe du monde, Jonathan Clauss a certainement eu le temps de faire le point sur certains aspects de son jeu mais aussi pour se reposer mentalement. Car en passant de Lens à Marseille l'été dernier, l'international français a fait le grand saut. Et il a parfois du mal à tout gérer. 

Clauss, l'OM le marque psychologiquement 

Lors d'un entretien accordé à Foot Mercato, Clauss est notamment revenu sur sa baisse de forme. Selon lui, jouer à l'OM peut parfois entraîner de la nervosité mal placée. « Ma baisse de régime ? Je pense que c’est un tout. La surcharge que je n’avais pas connue avant. La surcharge émotionnelle est importante et je pense qu’on n’en parle pas assez. La souffrance physique, je la connais, ça ne me dérange pas de souffrir physiquement. J’ai appris à aimer courir, j’ai appris à aimer défendre. J’ai tout appris. Mais souffrir psychologiquement… Avant je jouais une fois par semaine, donc j’avais le temps de lisser cela. Là, tu souffres le dimanche soir et le lundi tu dois être calme. C’est peut-être cela. Je n’arrivais plus à redescendre assez bas le curseur de nervosité. Il remontait tellement vite ensuite. Je n’avais pas une overdose de nervosité, mais j’étais toujours sur le fil. Le Vélodrome, ça va dans les deux sens. Cela galvanise aussi. On joue pour ces gens-là. Quand le Vélodrome est plein à craquer et qu’on perd, on a l’impression d’être au milieu d’une arène. C’est dur à encaisser parce qu’on a envie de leur rendre tout ce qu’ils nous donnent. Tout est remis en cause, c’est cela qui est dur à gérer quand on n’a pas l’habitude de jouer aussi rapidement », a notamment indiqué sans langue de bois Jonathan Clauss. Un Jonathan Clauss qui est passé par des semaines difficiles mais qui compte bien s'accrocher pour remplir les objectifs de l'OM, à savoir une nouvelle qualification en Ligue des champions et un beau parcours en Coupe de France.