OM : Boudjellal croit à la vente et refait le coup de Zidane

OM : Boudjellal croit à la vente et refait le coup de Zidane

Photo DR

Cela avait été le feuilleton de l'été du côté de l'Olympique de Marseille, le serpent de mer de la vente du club phocéen ressort à l'initiative de Mourad Boudjellal. 

On pensait l’affaire classée, puisque Mohamed Ajroudi et Mourad Boudjellal n’avaient pas eu gain de cause, la vente de l’OM par Frank McCourt aux deux hommes était un rêve utopique. Mais ce mardi, à quelques heures du match entre Marseille et l’Olympiakos, l’ancien homme fort du RC Toulon est revenu à la charge au micro de son ami Vincent Moscato sur RMC. Pour Mourad Boudjellal, il est évident que le milliardaire américain finira par lâcher l’Olympique de Marseille et probablement plus tôt qu’on ne le croit en raison des soucis financiers du football français et donc de l’OM. Pour l’ancien patron du club de rugby toulonnais, même si son offre n’est pas prise au sérieux par le clan McCourt-Eyraud, Marseille changera un jour de propriétaire.

Expliquant sa position, Mourad Boudjellal revient aussi sur son rêve ultime, à savoir installer Zinedine Zidane sur le banc de l’Olympique de Marseille. « Quand je me lève chez moi, le matin, je regarde la Méditerranée. Frank McCourt voit l’Atlantique. Beaucoup d’amis ont poussé pour que je récupère l’OM. Le plus grave, ce n’est pas de réussir ou d’échouer, c’est de ne pas essayer (...) Par contre, je ne peux pas vous garantir que ce sera à nous. Mais ça va se vendre. Pourquoi ? Parce que ce club peut devenir un gouffre pour Frank McCourt. Quand vous avez un stade de 67.000 places, avec 4.000 places en hospitalité, qui est vide, c’est long sur une saison. Quand vous avez escompté une augmentation des droits TV, et que le diffuseur vous dit, finalement, je ne vais pas payer, ça fait beaucoup au budget. Quand vous avez dit: bon, allez, on va prendre des points en Coupe d’Europe, on va peut-être même passer le premier tour, ça fera du gras... Au bout d’un moment, je crois que Frank McCourt, en l’espace de quelques mois, il a changé d’avis. Si demain j’étais président de l’OM, il y a un mec, je dormirais devant chez lui jusqu’à ce qu’il en ait marre, c’est Zidane. Soit il me met des coups de pied, il me dégage, soit à force de me voir il va dire oui parce qu’il n'en pourra plus, mais c’est le devoir d’un président de l’OM. Il n’a pas l’obligation de réussir, mais il a le devoir d’essayer », explique Mourad Boudjellal, qui ne s’est pas fait que des amis du côté des supporters marseillais comme du côté du ceux du club de football de Toulon, club où il avait également été cité comme proche de prendre les commandes.