OM : Alvaro Gonzalez a menti, la colère noire de Longoria !

OM : Alvaro Gonzalez a menti, la colère noire de Longoria !

Icon Sport

Mis à l’écart depuis plusieurs semaines, Alvaro Gonzalez s’est plaint de sa situation dans la presse espagnole. De quoi provoquer la colère de l’Olympique de Marseille et de son président Pablo Longoria qui devrait sanctionner son défenseur central.

L’Olympique de Marseille ne s’y attendait absolument pas. Alors qu’il veille à bien organiser les interviews données par ses joueurs, le club phocéen n’était pas au courant de l’entretien d’Alvaro Gonzalez avec le quotidien Marca. C’est donc ce samedi, comme tout le monde, que la direction a pris connaissance des déclarations de son défenseur central.

Mécontent de sa situation, l’ancien joueur de Villarreal ne comprend pas pourquoi l’entraîneur Jorge Sampaoli l’a subitement relégué sur le banc des remplaçants en début de saison. Pire, Alvaro Gonzalez n’a disputé que cinq minutes, c’était contre les amateurs de Chauvigny (0-3) en Coupe de France, depuis le début de l’année civile. L’Espagnol a donc confié ses états d’âme. Mais son initiative ne passe pas du tout à l’Olympique de Marseille.

La preuve, nos confrères de La Provence révèlent que Pablo Longoria a immédiatement téléphoné à son défenseur central pour obtenir des explications. Gêné, l’indésirable a prétexté que ses mots avaient mal été retranscrits et qu’ils ne correspondaient pas à sa réelle opinion. Insuffisant pour calmer le président qui a prévu un rendez-vous avec le joueur en début de semaine prochaine. En attendant, Alvaro Gonzalez, dont les déclarations ne plaisent pas non plus au sein du groupe, ne devrait pas être convoqué pour le déplacement à Metz dimanche.

Mandanda et Milik moins bavards

Une première punition de la direction très déçue du cadre, qui aurait en réalité demandé au club de lui trouver une porte de sortie cet hiver, avant de changer d’avis. La version donnée à Marca n'est donc pas tout à fait la même. D’où l’agacement de Pablo Longoria qui constate que Steve Mandanda ne s’est jamais plaint de cette manière, et que l’attaquant Arkadiusz Milik s’est contenté de regretter le manque de ballons touchés. Autant dire qu’avec cette sortie, Alvaro Gonzalez n’a fait qu’empirer sa situation.