Riolo conseille au PSG de casser le Barça

Riolo conseille au PSG de casser le Barça

Photo Icon Sport

De nouveau opposé au FC Barcelone, cette fois en quart de finale de la Ligue des champions, le Paris Saint-Germain aura fort à faire. Il s’agit même du « pire tirage » selon Daniel Riolo, inquiet lorsqu’il pense à l’armada offensive des Blaugrana. C’est pourquoi le consultant conseille aux Parisiens de tout mettre dans l’intensité.

« Messi, Suarez, Neymar, c’est le trio magique, c’est sans équivalent. On peut retourner le problème dans tous les sens, avec ou sans Ibra. On peut même imaginer au retour, un Ibra aussi fort que contre Bastia ou Sochaux en L1, rien n’y fait, ce n’est pas comparable. Prendre ce Barça dans le jeu, je n’y crois pas. Se résoudre à envisager la rencontre comme l’ont fait dans un passé récent, Chelsea (2009, 2012) et l’Inter (2010), c’est mieux. Il faut un esprit négatif, façon Atlético, pour écarter ce monstre. Il faut vouloir lui faire mal. D’abord envisager l’intensité, le combat puis la technique. Il faudra de tout. Le modèle, c’est le match de septembre 2014. Sauf que Messi n’était pas en forme. Et Suarez n’était pas là », a analysé Riolo sur le site de RMC, avant de dessiner les contours de l’équipe parisienne à aligner.

« Avec qui accomplir cet exploit ? Ibra et Verratti absents (suspendus au match aller), peut-on imaginer, comme contre Chelsea, David Luiz au milieu ? Peu probable. S’il monte d’un cran, le Brésilien pousse Motta plus haut. Une position qu’il n’aime pas et dans laquelle il a peu brillé avec la sélection italienne. (…) Et puis David Luiz au milieu, ça veut dire Van der Wiel titulaire ! Face aux attaquants du Barça, autant dire que c’est all-in avec 7 et 2 ! Alors comment ? En renforçant le milieu. Matuidi, Motta et X. Cabaye, blessé, reste Rabiot. Après tout, en 2013, contre le Barça, le PSG a bien joué avec Chantôme et Beckham au milieu. Avec ce trio, Pastore en 10 et devant, un duo Cavani + X. Lavezzi ferait bien de se préparer dès maintenant. Lucas ne devrait pas être rétabli. Pas facile de mettre en avant des éléments pour positiver avant cette rencontre. Il nous reste trois semaines pour en trouver », a-t-il conclu de manière assez pessimiste.

Share