L’OL va présenter un futur crack en L1 en 2016

L’OL va présenter un futur crack en L1 en 2016

Photo Fifa.com

International luxembourgeois dès l’âge de 17 ans, Christopher Martins a encore du mal à percer à l’Olympique Lyonnais. Mais le club rhodanien mise beaucoup sur sa pépite.

Il n’est jamais apparu avec l’équipe première en match, ni même à l’entraînement. Et pourtant, Christopher Martins est l’un des plus grands espoirs de l’Olympique Lyonnais qui lui a offert un contrat professionnel en 2014. En effet, le directeur du centre de formation, Stéphane Roche, n’est pas avare en compliments lorsqu’il évoque le milieu relayeur de 18 ans, même si l’international luxembourgeois voit sa progression ralentie par des problèmes de comportement.

« On a évalué le potentiel sur les prochaines saisons. On a la certitude que, logiquement, il intègrera le groupe pro et y restera, a confié le dirigeant au média luxembourgeois Le Quotidien. Mais pour ça, le talent seul ne suffit pas. Il aime le jeu. Il a une capacité à être en permanence dans la continuité du jeu. Il attaque, il défend, il fait tout. Il est en train de prendre le jeu à son compte de plus en plus régulièrement, avec des moyens athlétiques et de courses intéressants et une technique très bonne épisodiquement et parfois, dans le même match, moins juste. » Des qualités qui devraient lui permettre de frapper à la porte du groupe d’Hubert Fournier assez rapidement.

Première étape, la CFA

« On a l’ambition que ce soit un joueur qui s’impose chez les pros. L’objectif, c’est qu’il joue en Ligue 1 en 2016, a annoncé Roche. D’abord en faisant des séquences d’entraînement avec les pros et pourquoi pas des bancs en Ligue 1. Puis faire la préparation complète avec eux l’été prochain. C’est simple : le joueur a tout le temps les clés. Moi, je suis convaincu que ça va marcher. Il a encore deux marches à gravir : faire une grosse saison en CFA et bien s’intégrer chez les pros. » A noter que Martins peut également évoluer au poste d’ailier, comme il le fait en sélection luxembourgeoise.

Share