Deux descentes, Martel se fâche et égratigne Aulas

Deux descentes, Martel se fâche et égratigne Aulas

Photo Icon Sport

Entre Gervais Martel et Jean-Michel Aulas, les relations se sont sérieusement dégradées ces dernières semaines. Avant la fin du championnat, en plein sprint avec le PSG, le président lyonnais avait tout de même expliqué que le club nordiste pourrait bien déposer le bilan et faire ainsi annuler les résultats – et les points perdus par son équipe – du RCL au cours de la saison. Une sortie qui n’avait déjà pas ravi Gervais Martel. Mais la décision de la LFP et son conseil d’administration de ramener à deux le nombre de relégations en Ligue 2, et donc de promotion vers la L1, dès la saison 2015-16, a fait sortir de ses gonds le président lensois, qui n’a pas épargné son « ami » Aulas au passage.  

« Cette décision est un scandale. Au niveau de l’UCFP, une décision avait été prise dans ce sens-là mais avec une mise en application en 2016-17. Des intérêts particuliers ont joué par rapport aux intérêts généraux. Je comprends que des petits clubs, qui sont actuellement en L1, veulent protéger leur statut. Mais prendre des décisions comme ça, c’est comme si on disait que demain en France, on roulait à gauche sans mettre en place la mesure pendant un an.Je ne vois pas à quoi sert l’UCPF dans la mesure où on avait voté un accord pour une mise en application en 2016-17. Et la LFP passe au-dessus. Ça veut dire que ça ne sert plus à rien de faire des votes, des collèges... C’est le Conseil d’Administration de la LFP qui prend la décision en dernière ligne. Ça va à l’inverse des gens qui disaient que le CA n’avait aucun pouvoir. Là, on vote en catimini entre copains. Jean-Michel Aulas qui pense que les clubs de L2 ont trop de poids ? Il parle pour lui, il dit ce qu’il a envie de dire, Ce n’est pas Jean-Michel Aulas qui est le patron du football français jusqu’à preuve du contraire », a fait savoir Gervais Martel sur Foot365. 

Share