A l’OL, la tête de Bernard Lacombe est demandée

A l’OL, la tête de Bernard Lacombe est demandée

Photo Icon Sport

Le début de saison de l’Olympique Lyonnais a de quoi inquiéter dans la cité rhodanienne. Les blessures se multiplient, les défaites s’enchainent et la Coupe d’Europe pourrait bien être terminée dès ce jeudi. A cela s’ajoute un mercato plutôt morose, et des ambitions revues à la baisse, avec une place européenne en fin de saison comme simple objectif. Et pour certains, l’avenir n’est pas forcément aussi radieux que Jean-Michel Aulas voudrait le croire, lui qui garantit que le nouveau stade qui sera terminé dans un an permettra à son club de redorer son blason. Pour Jean-Claude Chuzeville, réalisateur lyonnais et chroniqueur pour Lyon-Capitale, il est temps de faire un bon coup de balai à l’OL, et Bernard Lacombe devrait être le premier fusible à sauter. 

« La situation du club de football lyonnais évolue conformément aux prévisions des analystes… L’Olympique lyonnais passera sa saison à batailler dans le ventre mou de la Ligue 1, à la limite d’une relégation ; en 2015 ce sera pire… avec une équipe de jeunes sympathiques, certes, mais de plus en plus mal élevés – pardon ! éduqués. MM. Seydoux et Aulas devraient commencer par se séparer de Bernard Lacombe, exemple d’un ancien bon joueur dans l’incapacité de s’oublier pour devenir un dirigeant compétent… Le Nanard, mariste et misogyne convaincu, a laissé son club s‘embourber dans des transferts calamiteux depuis une dizaine d’années… Les Keita, Bastos, Ederson ou Cissoko, c’est-à-dire la vingtaine de clowns que le club a acquis très cher pour les “refourguer” très peu. Et cela explique la situation financière du club et son quatrième bilan négatif. À Lyon, on ne sait pas acheter et la fréquentation des puissants a tourné la tête du tandem Lacombe-Aulas… Rappelons la période surréaliste où Aulas se proclamait président de l’Association des grands clubs européens avec le Real, Milan, Manchester ou le Bayern… L’histoire de la grenouille qui se voit… Le début de la fin pour la dix-huitième ville européenne. Les seules bonnes affaires, il y a bien longtemps (Juninho, Cris…), sont le fait de l’ancien Brésilien de l’OL, Marcelo. Comme par hasard, Marcello a disparu des radars. Aulas et Seydoux étant “invirables”, il va falloir sacrifier un cadre, comme dans toute entreprise avec actionnaires ;  l’OL coté en Bourse, c’était pour rire, un traquenard pour piquer les sous de nos “barras bravas” ! Comment Lacombe peut-il expliquer son soutien au transfert de Gourcuff, une opération à 70 millions tout compris ? A minima. Tout cela est désolant… d’incompétence », a balancé, sur le site du journal régional, celui qui a été secrétaire général de l’Olympique Lyonnais dans les années 1970. 

Share