Vente ASSE : Un favori déjà hors course ?

Vente ASSE : Un favori déjà hors course ?

Icon Sport

Alors que ce lundi marque la deadline pour déposer les documents à KPMG, l’un candidats principaux à la reprise de l’ASSE pourrait ne même pas passer cette étape.

Il y a trois mois, le 14 avril dernier plus précisément, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ouvraient la porte à une vente du club. Les deux présidents emblématiques des Verts cherchent un repreneur, sans succès pour le moment. Mais si les informations autour de la vente de l’ASSE se faisaient rares depuis le début de l’été, la situation pourrait bien évoluer dans les prochains jours. Les différents candidats à la reprise de Saint-Etienne avaient jusqu’à ce lundi pour transmettre les documents à KPMG, le cabinet anglo-néerlandais chargé du dossier, afin de garantir des ressources financières suffisantes. But révèle qu’à ce stade décisif du processus, le projet d’Olivier Markarian pourrait déjà tomber à l’eau. Le PDG de Markal, sponsor du club, « aurait peu avancé ». Il se pourrait même que l’hypothèse d’un rachat de l’ASSE par ce groupe soit de l’ordre du passé dès ce lundi.

Le média explique également que le projet de Mathieu Bodmer n’est pas beaucoup plus fiable. Il reste très flou sur de nombreux points, ce qui ne devrait pas rassurer KPMG. Aucun investisseur n’aurait de longueur d’avance sur les autres. Le média n’évoque pas le fonds asiatique, qui envisageait de poser 100 ME sur la table selon certaines sources. L’incertitude plane autour de Saint-Etienne. La grande question est de savoir si un repreneur aura les reins assez solides pour convaincre KPMG et les deux présidents, Bernard Caïazzo et surtout Roland Romeyer. Dans ce contexte, l’ASSE n’a pas vraiment avancé sur son mercato. Claude Puel, qui pourrait être fragilisé en cas de vente, est aux manettes. Il a la main mise sur les départs et les arrivées, avec des critères bien précis. Reste à concrétiser avec des officialisations.