Vente ASSE : Le Prince détruit Romeyer et Caïazzo

Vente ASSE : Le Prince détruit Romeyer et Caïazzo

Icon Sport

Le Prince cambodgien qui a tenté d'acheter l'AS Saint-Etienne vide son sac et il regrette l'attitude de Caïazzo et Romeyer dont il pense qu'ils ne veulent pas vraiment vendre le club.

Norodom Ravichak n’a pas aimé, mais alors pas du tout, le fait d’être ciblé par l’AS Saint-Etienne qui a annoncé vouloir porter plainte contre le prince cambodgien, lequel aurait transmis un faux document pour garantir son possible investissement afin de racheter les Verts. Confirmant dans L’Equipe ne faire l’objet d’aucune plainte de l’ASSE, Norodom Ravichak a tenu à donner sa lecture de l’état actuel du dossier de la vente du club. Un état des lieux plutôt terrible pour les deux présidents des Verts, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer n’étant pas ménagé par le prince cambodgien. Comme d’autres, ce dernier se demande si le duo à la tête de Saint-Etienne veut réellement céder leur club, et il avoue que pour lui l’affaire est close, et que son intérêt pour le club du Forez est désormais terminé, tant Caïazzo et Romeyer l’ont dégoûté.

Un prince cambodgien moins bien traité qu'un prince saoudien ou qatari

Pour Norodom Ravichak, les dirigeants de l’AS Saint-Etienne l’ont pris de haut et il s’en offusque. « Je ne les ai jamais rencontrés, ni eu aucun contact avec Bernard Caïazzo et Roland Romeyer (…) Si j’étais un prince du Qatar ou d’Arabie Saoudite, je suis persuadé qu’ils m’auraient téléphoné. J’étais même disposé à me déplacer à Dubaï », explique le prince, qui fait référence à la nouvelle résidence de Bernard Caïazzo, qui ne vit plus en France. Concernant son désir de continuer dans ce dossier du rachat de l’ASSE, Norodom Ravichak est brutal : « Un personne qui menait le projet de rachat par Peak6  en 2018 m’a dit : Prince, si vous aimez le football, prenez un autre projet ». S'il ne veut plus entendre parler de l'AS Saint-Etienne, le prince cambodgien admet cependant qu'il pourrait toujours investir en Ligue 1 compte tenu de son amour pour la France.