Rennes tient son « Mickaël Essien »

Rennes tient son « Mickaël Essien »

Photo Icon Sport

Pour se présenter, Alexander Tettey, la dernière recrue du Stade Rennais, n’a pas hésité à se comparer au glorieux milieu de terrain de Chelsea

Suivi depuis plusieurs années par le club breton, Alexander Tettey a enfin atterri dans les filets du Stade Rennais. Frédéric Antonetti, qui a vu le joueur évoluer dans le championnat norvégien, a déjà son idée sur l’utilisation et les qualités de celui qui a signé son premier contrat pro avec Rosenborg, le club où il a été formé, à l’âge de 17 ans. « Alexander est un milieu de terrain qui a la possibilité de se projeter vite vers l’avant. Il est bon dans la récupération. C’est un joueur très actif et puissant. On peut le qualifier de milieu de terrain complet », a souligné l’entraineur rennais. Arrivé en ce début de semaine à Rennes, le Norvégien semblait s’être déjà bien renseigné sur son nouveau club.


« Le championnat français est l’un des meilleurs d’Europe. Le Stade Rennais qui a fini dans le premier tiers du classement la saison passée est l’un des clubs les plus stables du championnat. Je connais Asamoah Gyan car il joue pour le pays où je suis né. Egalement Ismaël Bangoura qui a joué au Dynamo Kiev, l’international suédois Petter Hansson, Jimmy Briand et Jérôme Leroy. Il y a vraiment de bons joueurs ici. J’ai hâte de jouer avec eux », a lancé Tettey, qui n’a pas hésité à employer les grands mots pour essayer de décrire quel type de joueur il était.


« Mon rôle est de récupérer le ballon et de le conserver. Je suis quelqu’un d’impliqué sur le terrain. Si je suis un joueur défensif, je peux aussi marquer des buts comme j’ai pu le faire avec Rosenborg. J’espère pouvoir en tout cas le faire pour Rennes. Les gens disent que j’ai le même profil et les mêmes qualités que Mickaël Essien, à savoir la vitesse et la puissance », a promis l’international norvégien. Mais pour l’heure, les spectateurs de la Route de Lorient vont devoir attendre, leur nouveau milieu de terrain doit se remettre d’une petite blessure avant de retrouver l’entrainement complet, et peut-être la compétition dans deux à trois semaines.