Rennes paie pour éviter une galère anglaise à ses fans !

Rennes paie pour éviter une galère anglaise à ses fans !

Icon Sport

Le jeudi 9 décembre, le Stade Rennais se déplace à Londres pour affronter Tottenham. Le club breton propose de rembourser le ticket de ses supporters en raison des nouvelles règles sanitaires. 

Les fans du Stade Rennais se faisaient une joie de faire le déplacement jusqu’au tout nouveau stade de Tottenham dans huit jours pour un match entre leur club préféré et les Spurs en Europa Conference League. L’organisation était en place depuis pas mal de temps, mais c’était sans compter sur l’énorme remontée des cas de covid dans toute l’Europe. Résultat, le gouvernement anglais n’a pas tardé à prendre des mesures drastiques afin de tenter de juguler l’épidémie. Et cela se traduit par une mesure contraignante pour ceux qui souhaitent faire un aller-retour vers Londres, puisque désormais l’Angleterre impose en plus d’un schéma vaccinal complet un test PCR au lendemain de l’arrivée outre-Manche, et un isolement complet jusqu’à la réception du résultat de ce test PCR, même si ce dernier arrive plusieurs jour plus tard. Le Stade Rennais a bien compris que ces conditions rendaient presque impossible le voyage à ses supporters venus de France.

Ce mercredi, les dirigeants bretons ont donc prévu de rembourser ceux qui avaient déjà pris des places pour ce déplacement à Londres le jeudi 9 décembre. « Compte tenu de ces mesures particulièrement contraignantes, le Stade Rennais F.C.  propose, avant le 5 décembre, de choisir entre  : un avoir valable jusqu’à la fin de la saison 2021/2022 sur l’ensemble des compétitions (Ligue 1 Uber Eats, Coupe de France et UEFA Europa Conference League) ou un remboursement qui sera effectué au plus tard le 23 décembre », précise le Stade Rennais, qui garde cependant au chaud les tickets de ceux qui voudront se rendre au Tottenham Hotspur Stadium malgré ces conditions très compliquées. Pour info, le club français est d'ores et déjà qualifié pour la suite de cette compétition, ce qui n'est pas encore le cas des Spurs.