Un geste polémique de Donnarumma lors de PSG-Brest ?

Un geste polémique de Donnarumma lors de PSG-Brest ?

Icon Sport

Samedi face à Brest, le héros du PSG était Gianluigi Donnarumma. Le portier italien a assuré le succès des siens en détournant un penalty de Slimani en seconde période. Galvanisé par cet exploit, il a envoyé un message à Keylor Navas, au sens figuré voire au sens propre.

Samedi après-midi, il a été la star du PSG contre le Stade Brestois. Non ce n'est pas Neymar malgré son but, ni Lionel Messi passeur décisif et encore moins Kylian Mbappé. Il s'agit plutôt de Gianluigi Donnarumma, le gardien parisien. Ce dernier a assuré le succès d'un PSG bousculé par les Bretons en stoppant le penalty d'Islam Slimani en seconde période. Ce coup de pied arrêté pouvait permettre aux visiteurs de repartir du Parc des Princes avec le point du match nul. Un arrêt décisif crucial pour l'équipe et si important pour le joueur.

Donnarumma montre à Navas qui est le numéro 1

Un beau moment pour Donnarumma, lequel est plus critiqué depuis quelques mois et sa bourde sur la pelouse du Real Madrid. Ces derniers temps, les supporters du PSG soulignaient surtout sa fébrilité et son manque de performance dans les cages parisiennes. Certains pensant même à rebattre les cartes avec son concurrent au poste, Keylor Navas. C'est donc la meilleure des réponses que pouvait leur donner l'Italien samedi. Toutefois, pour ESPN, Donnarumma ne s'est pas contenté de remettre les pendules à l'heure uniquement sur le plan psychologique.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ESPN Costa Rica (@espn_cr)

En effet, après son penalty arrêté, il a célébré en levant l'index au ciel se tournant vers le banc parisien et donc vers Keylor Navas. Une manière selon le média de signifier au monde entier et à son rival en particulier qu'il était bien le numéro 1 au PSG. De quoi relancer la théorie d'une guerre larvée entre les deux hommes alors que Navas, un temps partant pour Naples, est resté parisien cet été. La caméra a en tout cas joué le jeu de cette rivalité, montrant le Costaricien impassible devant l'arrêt de son coéquipier sur le pénalty décisif.