PSG : Placardisé, ce petit protégé de Tuchel va rebondir en L1

PSG : Placardisé, ce petit protégé de Tuchel va rebondir en L1

Intéressant lors de ses apparitions en première partie de saison, Kays Ruiz-Atil a disparu de la circulation. En cause, son désaccord avec le Paris Saint-Germain et son prochain départ en fin de contrat. Une situation qui attire plusieurs pensionnaires de Ligue 1 dont l’OGC Nice.

Un jeune se montre à son avantage, refuse de signer et part libre… Le scénario a déjà été vu et revu au Paris Saint-Germain. De quoi agacer le directeur sportif Leonardo qui s’en était plaint dans les médias. Et malheureusement pour le dirigeant brésilien, l’histoire se répète avec Kays Ruiz-Atil. Le milieu offensif de 18 ans avait pourtant bien débuté la saison. Profitant de l’hécatombe dans l’effectif en tout début d’exercice, l’ancien pensionnaire de la Masia du FC Barcelone avait montré de bonnes choses, notamment lors de sa titularisation à Lens (défaite 1-0) en septembre dernier.

Puis l’entraîneur Thomas Tuchel, visiblement séduit, lui avait offert quelques apparitions supplémentaires jusqu’à son éviction. Sa progression aurait pu se poursuivre avec le nouveau coach Mauricio Pochettino. Mais la direction en a décidé autrement. En effet, le désaccord avec Kays Ruiz-Atil, dont le contrat expire en juin prochain, a incité le PSG à le mettre au placard, plus précisément avec les U19 en février. Depuis, le Français, conscient que son avenir se situe loin de Paris, écoute les propositions de ses nombreux courtisans.

Nice a pris de l'avance

La Juventus Turin l’a notamment sollicité, nous apprend L’Equipe, mais la volonté des Bianconeri de le prêter ne lui convient pas. Kays Ruiz-Atil devrait plutôt rebondir en Ligue 1, peut-être pas à Nantes dont l’avenir dans l’élite est incertain. En revanche, le contact est établi avec Montpellier et Bordeaux. Tandis que l’OGC Nice a pris de l’avance avec une offre concrète : un bail de cinq ans ainsi qu’une prime à la signature payable sur plusieurs années. De son côté, le Parisien aimerait un contrat plus court, un paiement plus rapide de la prime et connaître le nom du futur entraîneur. Mais les échanges entre le Gym et sa cible, également convoitée en Allemagne et en Espagne, avancent pour le moment dans la bonne direction.