PSG : Messi et Camavinga, le Qatar va se lâcher au mercato

PSG : Messi et Camavinga, le Qatar va se lâcher au mercato

Icon Sport

Cet été, le PSG tentera de combler plusieurs manques évidents au sein de son effectif lors du mercato.

La double confrontation face à Manchester City a mis en lumière certains problèmes de l’équipe de Mauricio Pochettino. Malgré une attaque de feu sur le papier, le PSG ne dispose pas d’un n°9 suffisamment fort pour compenser une éventuelle absence de Kylian Mbappé, comme ce fut le cas lors du match retour contre Manchester City. De plus, Leonardo et Mauricio Pochettino aimeraient recruter un milieu de terrain et un latéral droit. Les noms de Serge Aurier (Tottenham) et d’Eduardo Camavinga (Stade Rennais) ont filtré. Quoi qu’il en soit, le Qatar se donnera encore une fois le moyen de ses ambitions selon Philippe Sanfourche, qui a estimé sur le plateau de La Chaîne L’Equipe que les investissements seront importants cet été à Paris.

« Ajouter Messi à Neymar et Mbappé, sportivement cela n’a peut-être pas d’intérêt. Mais d’un point de vue financier ça peut passer, il ne faut pas oublier que les transferts de Neymar et Mbappé sont en fin d’amortissement. Et si tu fais signer Lionel Messi, il n’y a pas d’indemnité de transfert. C’est donc de la masse salariale, mais il n’y a plus d’amortissement. La Coupe du monde au Qatar, c’est dans un an et demi, ils vont mettre le paquet ! Le Fair-play financier a explosé, ils s’en foutent ! Oubliez ces histoires d’argent. Camavinga qui intéresserait le PSG, bonne piste ? Il est déjà très identifié quand même. On ne parle pas du Bayern qui va chercher Alphonso Davies. Ça fait combien de temps que le PSG n’est pas allé chercher une pépite ? Et celle-là elle est quand même très identifiée. Si le football français n’est pas capable de conserver un de ses plus grands talents de la nouvelle génération… alors là… » estime Philippe Sanfourche, intimement persuadé que le fair-play financier de l’UEFA ne sera plus un frein et que le Qatar va encore débourser des millions d’euros malgré la pandémie de Covid-19.