PSG : Mediapart accuse Pierre Ménès et Daniel Riolo de rouler pour le PSG

PSG : Mediapart accuse Pierre Ménès et Daniel Riolo de rouler pour le PSG

Photo Icon Sport

Les révélations au compte-gouttes de Mediapart sur le Paris Saint-Germain, dans le cadre des Football Leaks, suscitent bien des commentaires, et forcément pas tous très flatteurs pour le média, accusé soit de faire durer le plaisir pour gagner plus d'abonnés, soit d'uniquement taper sur le PSG car cela fait plus de buzz. Et parmi ceux qui ne sont pas tendres avec Mediapart, il y a Pierre Ménès et Daniel Riolo. Pour le consultant de Canal+ et le journaliste de RMC, le média d'Edwy Plenel a trouvé une poule aux oeufs d'or et l'exploite.

Mais ce mercredi, Michaël Hajdenberg, journaliste pour Mediapart, répond aux critiques de Pierre Ménès et Daniel Riolo, les accusant d'être complices intéressés du Paris Saint-Germain. « C’est très spécial les liens qui unissent certains commentateurs sportifs à leurs sources, à leur milieu. En quelques clics, on découvre ainsi que Pierre Ménès a récemment écrit dans le magazine du PSG. Bénévolement, précise-t-il (...) Imagine-t-on un chroniqueur politique discourir la semaine dans les grands médias, et écrire le week-end pour le journal du Parti socialiste ? Ce n’est plus un ménage : c’est un conflit d’intérêts. A l’évidence, le club s’attire la sympathie d’un homme dont l’opinion compte. Il en attend un renvoi d’ascenseur, si ce n’est tous les week-end, au moins sur les dossiers les plus chauds, quand la direction joue sa tête. Dans les Football Leaks, Pierre Ménès apparaît d'ailleurs dans un fichier Excel du club comme un « influenceur ». A ce titre, le club prévoit de lui envoyer un maillot, affiche son ambition de nouer « une relation plus forte » avec ce chroniqueur du Canal Football Club, planifie dans son plan de communication intitulé « une passion intacte » d’utiliser au mieux la relation Pierre Ménès/Thiago Motta (le joueur du PSG lui avait rendu visite à l’hôpital). Pierre Ménès relativise, il assure qu'il n'y peut rien s'il est suivi par 2,5 millions de followers sur Twitter. Il assure que son maillot, c’est en fait lors d'une opération Nike qu'il l'a reçu, et que s’il profite occasionnellement des deux places offertes que lui offre le club dans la corbeille (la tribune des VIP du Parc des princes), c’est parce qu’il ne peut pas aller ailleurs dans le stade (vu sa notoriété et ce qu’elle génère) », écrit le journaliste de Mediapart au sujet de Pierre Ménès.

Et Daniel Riolo n’échappe pas aux critiques de Michaël Hajdenberg, cette fois pour son approche du dossier concernant le fichage ethnique au Paris Saint-Germain. « En 2011, quand nous avions sorti l’affaire des quotas, on nous avait rétorqué que nous montions en épingle un simple projet, une discussion de travail, qu’il était impossible qu’un tel projet de blanchir les équipes soit mis en œuvre. Sept ans plus tard, ce n’est toujours pas bien grave, mais au motif, cette fois, que tous les clubs le font. Quel succès. Qui aurait pu imaginer, en 2011, après les excuses publiques de Laurent Blanc, que cela donnerait envie à toute la Ligue 1 de se mettre instantanément aux quotas ? (...) Un journaliste d’investigation prend des mois pour enquêter, ce flemmard, alors qu’eux mouillent leur chemise tous les week-end sous les spots des plateaux TV. Et il va jusqu’à s’offusquer que des éducateurs justifient leur recrutement ethnique par la peur du communautarisme : il ferait mieux de fréquenter les terrains (...) Parce qu’il ne passe pas sa vie en salle de presse à Clairefontaine, ce journaliste s’imagine que la binationalité est un problème mineur, que ce n’est pas si dramatique si quelques joueurs choisissent un jour de jouer pour une autre équipe nationale. Est-il aveugle pour comparer ce choix à celui que ferait le diplômé d’une grande école française, dont la scolarité aurait été financée par la France, et qui choisirait d’aller gagner sa vie à Londres ? (...) Ces journalistes font partie de la grande famille du football. Ils peuvent faire semblant d’être franc, courageux, indépendants. Mais sur les sujets d’importance, on ne trahit pas sa famille », fait remarquer, sur son blog, le journaliste de Mediapart. Le débat risque de se muscler...