PSG : Icardi, Florenzi, Neymar, les flops XXL de Paris

PSG : Icardi, Florenzi, Neymar, les flops XXL de Paris

Icon Sport

Mardi soir, plusieurs joueurs du PSG ont déçu contre Manchester City, à commencer par Neymar. Mais le Brésilien n’est pas le seul à avoir sombré.

Privé de Kylian Mbappé, le Paris Saint-Germain n’a pas réussi à rivaliser avec Manchester City, mardi soir en demi-finale retour de la Ligue des Champions. Certains joueurs ont pourtant tenu leur rang, à l’instar de Marquinhos ou encore d’Angel Di Maria, plutôt bon jusqu’à son exclusion. A contrario, certains joueurs très attendus ont sombré sur la pelouse de l’Etihad Stadium. C’est notamment le cas de Neymar, positionné dans le couloir gauche de l’attaque et qui a écopé d’un lamentable 3/10 dans les colonnes du journal L’Equipe.

« Il avait promis de mourir sur le terrain, malheureusement il est passé à côté de son match. Pas dans l'engagement mais davantage sur ses points forts où il a été insuffisant hier : des pertes de balle (61e, 73e) à répétition, des mauvaises passes, des choix hasardeux. N'a pas pu faire de différences avec ses dribbles notamment face à Walker. Décevant » analyse le journal, pas plus tendre à l’égard de Mauro Icardi, encore plus catastrophique et fantomatique avec 2/10. « Remplaçant de Mbappé, souffrant du mollet, l'Argentin a été invisible en première période. Ne presse pas Ederson sur son dégagement qui amène le but de Manchester City (11e). Trop statique sur certains centres pour offrir des solutions à ses camarades. N'a rien apporté ».

Florenzi totalement dépassé

Enfin, un troisième Parisien a subi les foudres du quotidien en la personne d’Alessandro Florenzi, sèchement critiqué par Jérôme Rothen durant le match sur RMC, dépassé du début à la fin du match défensivement et inexistant en attaque. « Il laisse partir dans son dos Zintchenko sur le dégagement d'Ederson qui amène le but de Mahrez (11e). Bon retour devant De Bruyne (28e) et un bon centre mal exploité (31e) par Di Maria. Un début de seconde période poussif. Il perd le ballon du 2-0 (63e) ». Ajoutez à cela les prestations correctes mais insuffisantes dans un tel match de Diallo, Paredes, Verratti, Herrera ou encore Navas et vous obtenez un PSG incapable de bousculer ce qui est probablement la meilleure équipe d’Europe depuis le début de la saison, le futur champion d’Angleterre, le Manchester City de Pep Guardiola.