Balbir et les « naïfs » qui croient au PSG face au Barça

Balbir et les « naïfs » qui croient au PSG face au Barça

Photo Icon Sport

Le tirage au sort a été effectué, et le PSG a décroché la timbale en gagnant le droit d’affronter le FC Barcelone, intenable en ce moment et très ambitieux sur la scène européenne. Un défi de taille pour le club de la capitale, qui n’a jamais réussi à franchir les quarts de finale depuis son retour en Ligue des champions, et pourrait bien ne pas y arriver non plus cette saison selon Denis Balbir. Si le consultant de Yahoo avoue que la donne a changé avec la qualification à Chelsea, entre le niveau du jeu des Catalans, le talent de Messi, les absences lors du match aller et l’expérience des Blaugrana, il semble totalement illusoire de croire réellement à une qualification du PSG. 

« Le PSG affrontera, comme une sorte d’habitude d’ailleurs le FC Barcelone et sa pléiade de stars. Certains optimistes y croient. Certains naïfs pensent que Paris peut battre n’importe qui, depuis Chelsea, porté par la vague d’enthousiasme et de popularité des partenaires d’Ibra, absous en partie, et qui pourra être présent au Camp Nou, au match retour, puisque sa suspension ne sera que d’un seul match. Le Barça n’est pas Chelsea, ni en terme de jeu, ni en terme d’impact technique, ni en terme d’individualités, ni en terme de forme du moment où Messi frôle la perfection et se rapproche d’un Dieu du foot, qu’on espère immortel quand on le voit planer sur le Monde du ballon rond. Messi qui à chaque titularisation marqua contre Paris. 3 fois… les 3 en première période. Paris comme il l’aime peut être, n’est pas favori, loin s’en faut et dans un mauvais jour toujours possible, n’est pas à l’abri d’une addition plus ou moins salée face au quadruple vainqueur de la Ligue des Champions. Il y aura outre l’absence d’Ibra à gérer à l’aller mais à laquelle on s’habitue de plus en plus sans trop en souffrir, à gérer celle beaucoup plus ennuyeuse de Marco Verratti. Si Paris passe, tout sera possible, si Paris casse, on attendra avec espoir et hâte la saison prochaine. Tout dépendra de la façon de chuter mais rien n’est joué à l’avance et à force d’écrire, on peut être noyé entre un espoir déraisonnable et un fatalisme emprunt de réalisme… », a expliqué Denis Balbir pour qui le rêve est permis, mais la réalité favorable au Barça prévaudra dans cette double confrontation.