OL : Un gros problème Peter Bosz, l’ultimatum tombe

OL : Un gros problème Peter Bosz, l’ultimatum tombe

Icon Sport

Peter Bosz en danger à l'OL ? Malgré sa cote d'amour toujours élevée, les résultats sont inquiétants et le prochain match face à l'OM va être décisif. 

L’Olympique Lyonnais est passé complètement à travers de son match ce dimanche à Rennes, et cela s’est soldé par une défaite 4-1. De l’aveu même de Peter Bosz, le score aurait pu être plus large, Anthony Lopes étant probablement le meilleur lyonnais sur la pelouse du Roazhon Park. Le technicien néerlandais a beau être connu pour son franc parler, cela ne l’exonère pas non plus de reproches. Alors que le premier tiers du championnat est passé, Lyon n’a gagné que 5 matchs sur 13 et possède quasiment la pire défense du championnat en dehors des relégables. L’heure n’est plus au tâtonnement du début de saison, quand le passage à travers à Angers par exemple avait été mis sur le dos de Marcelo. Désormais, les joueurs sont en place, et malgré l’équipe type quasiment trouvée, les efforts et les progrès ne sont pas visibles. De quoi agacer à l’OL, où l’une des légendes du club, Fleury Di Nallo, a décidé de mettre les pieds dans le plat en se demandant si Peter Bosz travaillait vraiment. Visiblement, si c’est le cas, cela ne se voit pas sur le terrain pour le buteur emblématique de l’OL. 

« Il n’y avait qu’une équipe sur le terrain ! Si Anthony Lopes ne fait pas un bon match, on en prend combien ? Et ce n’est pas la première fois : notre gardien est presque à chaque match le meilleur joueur de l’équipe, c’est grave !  L’entraîneur ne cesse de parler du pressing mais, dimanche, le pressing ce sont les Rennais qui l’ont fait. De façon générale, je ne vois pas trop le pressing à chaque match. C’est dommage de mettre le Brésilien Paqueta en pointe, regrette aussi Fleury Di Nallo. C’est notre meilleur milieu de terrain, il fait mieux jouer l’équipe, il a beaucoup de volume. Le meilleur joueur, on le met à son meilleur poste », a expliqué Fleury Di Nallo dans les colonnes du Parisien, avant de prévenir que cela pourrait chauffer et « être la catastrophe » si jamais l’Olympico face à l’OM n’était pas remporté dans 10 jours au Groupama Stadium. Un match couperet qui pourrait bien mettre Peter Bosz en grand danger plus tôt que prévu.