Vente OM : Le Projet X existe toujours, mais discrètement

Vente OM : Le Projet X existe toujours, mais discrètement

Au coeur de l'été, le projet Ajroudi-Boudjellal avait fait la Une, le duo voulant racheter l'OM à Frank McCourt. Mais depuis les menaces de procès, c'est silence radio.

Un homme d’affaires franco-tunisien ayant ses ouvertures en Arabie Saoudite, un ancien président d’un club qui gagné la Coupe d’Europe de rugby et dont la faconde collait bien à l’Olympique de Marseille, c’est peu dire que le duo composé de Mohamed Ajroudi et Mourad Boudjellal avait fait le buzz pendant quelques mois l’été dernier. Les deux hommes avaient multiplié les déclarations et les coups d’éclat en affirmant que Frank McCourt était prêt à leur vendre l’OM. Mais du côté du milliardaire américain, on a décidé d’un seul coup de siffler la fin du match en précisant que non seulement le club phocéen n’était pas en vente, mais qu’en plus les deux hommes allaient prendre un procès pour ce que le clan McCourt assimilait à de la manipulation. Tout cela alors que Mourad Boudjellal et Mohamed Ajroudi semblaient un peu moins sur la même longueur d’onde.

Après un dernier tacle signé Bernard Tapie, qui jugeait déplacé le comportement des deux hommes, le silence est revenu autour ce qui avait été baptisé le projet X. Mais, se confiant à un site de supporters du RC Toulon, Mourad Boudjellal a reconnu que ce dossier n’était pas refermé, même s’il se sentait moins impliqué. « Est-ce que le groupe du Projet X qui travaille autour du rachat de l’OM continue son travail ? Je continue bien sûr parce que je n’abandonne jamais, mais il y a des demandes en jeu qui sont hors normes. Force est de constater qu’aujourd’hui je dois plutôt la mettre en veilleuse qu’autre chose, parce qu’il y a des gens dans ce dossier qui ont des moyens qui dépassent l’entendement. Il y a des gens pour qui Altrad, Lorenzetti et Wild réunis, ce sont des pauvres. C’est dans une cour où je ne suis pas invité. Il y a des sommes où je n’ai pas appris à compter jusque-là », a expliqué, avec malice, l’ancien candidat à la présidence de l’Olympique de Marseille à la place de Jacques-Henri Eyraud, qui avoue désormais plutôt se tourner vers le monde amateur.