Pour OM-PSG, Michel croit au Père Noël… Et alors ?

Pour OM-PSG, Michel croit au Père Noël… Et alors ?

Photo Icon Sport

Malgré les difficultés de l’Olympique de Marseille au Vélodrome, Michel s’est montré confiant avant la réception du Paris Saint-Germain. C’est simple, l’entraîneur marseillais vise les trois points.

L’OM veut créer la surprise, voire l’exploit. Celui de devenir la première équipe de Ligue 1 à battre le PSG cette saison. Rien d’impossible pour Michel qui n’a pas oublié que ses hommes avaient rivalisé avec les Parisiens au Parc des Princes (2-1, 9e journée). Du coup, on ne change pas une tactique qui gêne le champion de France. Mais cette fois, l’Espagnol compte bien l’emporter.

Michel en mode offensif

« On ne va pas changer de tactique même si on doit s’adapter à la qualité des joueurs en face. Si jamais je joue avec trois récupérateurs, on va dire que je joue très défensif. Nous avons résisté au match aller. L’idée de jeu va être la même. (...) Il me semble qu’ils sont au même niveau et nous, nous sommes plus stables », a annoncé l’ancien coach de l’Olympiakos, convaincu que son homologue parisien n’est pas si serein avant la rencontre de dimanche (21h).

« Lors du dernier match au Parc, on est sortis avec une bonne image. On a fait un grand match. Mais mes joueurs étaient déçus du résultat. Notre adversaire est excellent. Mais on a la possibilité de gagner ce match. On sait que c’est possible, a-t-il insisté. Paris aura un match difficile. Laurent Blanc le sait et c’est peut-être pour cela qu’il a mis quelques joueurs au repos contre Lorient. » Alors pourquoi ne pas imiter le Real Madrid ? Même si certains jugeront cet objectif surréaliste…

« Moi, je crois au Père Noël »

« Ça serait bien d’être la deuxième équipe à les battre, oui. Pourquoi vous me regardez comme ça ? Le Real l’a déjà fait, non ? Vous ne pensiez pas qu’on allait faire un très bon match à Paris. Si vous n’y croyez pas, c’est votre problème. Moi, je crois au Père Noël, a osé Michel face aux journalistes. On a cette possibilité de gagner. Et ne me prenez pas pour un fou. Honnêtement, Laurent Blanc le sait aussi. Ce n’est pas un match comme les autres. » En attendant, Lassana Diarra représente le premier cadeau que le technicien aimerait recevoir dans la mesure où le milieu de terrain, touché aux adducteurs, est incertain.