OM : La France mérite Garcia, pas Bielsa, Riolo s'emballe tout seul

OM : La France mérite Garcia, pas Bielsa, Riolo s'emballe tout seul

Photo Icon Sport

Même si André Villas-Boas est en train d’écrire une belle page d’histoire du côté de l’Olympique de Marseille, les supporters phocéens n’ont toujours pas oublié Marcelo Bielsa.

L’entraîneur argentin n’a pourtant fait qu’un passage éclair au Vélodrome. Nommé durant l’été 2014, le célèbre entraîneur a ensuite pris la porte en août 2015. Sauf qu’en l’espace d’une année, El Loco a rendu fou tous les suiveurs marseillais. Malgré une énorme saison 2014-2015, ponctuée par un titre honorifique de champion d'automne, l’actuel coach de Leeds n’a gagné aucun trophée à Marseille, ni même ramené l’OM en Ligue des Champions. Mais qu’importe, puisque ce passage du technicien adoubé par Guardiola ne sera jamais oublié sur la Canebière. C’est donc pour cette raison que Mourad Aerts a décidé de publier un livre portant sur la relation entre Bielsa et les supporters marseillais. Daniel Riolo a d’ailleurs profité du passage du journaliste dans l’After Foot pour dévoiler son faible pour Bielsa.

« La match de l’OM contre Caen m’a fait mal, puisqu'après tu as Garande qui donne des leçons de coaching à Bielsa, tu as envie de lui dire : ‘Mais ferme là’. Marcelo Bielsa s’est fait tailler par tous les médias, ils ont traité Bielsa comme une merde. Les détracteurs de Bielsa ne connaissaient même pas le travail de Bielsa, il n’y a pas un seul média qui a encensé le travail Marcelo Bielsa. Sur RMC, c’était pire que tout. La plupart des grands entraîneurs comme Guardiola sont fans de Bielsa, donc je suis content de dire que je suis pro-Bielsa. Vous dites de la merde par rapport à l’attitude de Bielsa parce qu’il ne regarde pas les journalistes dans les yeux, mais on s’en fout. Vous avez qu’à parler de football avec Garcia alors », a lancé le journaliste de RMC, qui estime donc que Bielsa a été totalement dévalorisé en France, alors qu’il a carrément marqué de son empreinte son passage à l’OM.