OM : Antonetti traite Guendouzi de rageux

OM : Antonetti traite Guendouzi de rageux

La fin de match a été chaude ce dimanche au Vélodrome entre l’OM et Metz. Et cela a continué après.

Le dernier quart d’heure a vu les Marseillais pousser en supériorité numérique, sans parvenir à marquer le précieux but. Le score est donc resté à 0-0, ce qui demeure une bonne opération pour les Lorrains. Beaucoup moins pour des joueurs de l’OM qui ont pesté devant les arrêts de jeu à répétition dans les derniers instants. En effet, les joueurs du FC Metz avaient la fâcheuse tendance de rester à terre après chaque duel, forçant l’arbitre à arrêter les actions, les soigneurs à intervenir et donc casser le rythme du match. Toujours aussi exubérant, Matteo Guendouzi n’a pas masqué son agacement dans cette fin de match hachée. « Ils ne sont même pas venus pour jouer au foot, c’est triste d’avoir des équipes de Ligue 1 qui jouent comme ça. Ils restent tout le temps par terre. Mais c’est notre faute, c’est à nous d’aller gagner le match », a expliqué le milieu de terrain de l’OM, repris de volée par Frédéric Antonetti, pour qui Guendouzi aurait du tenir sa langue et ne pas laisser passer sa frustration. 

« Je veux revenir sur quelque chose, tout le monde rouspète sur le dernier quart d'heure haché. Comme si le match n'avait duré qu'un quart d'heure. Le reste du match n'a pas été haché. Je voudrais faire remarquer, à ceux qui ont eu des remarques désobligeantes : Udol est rentré, il s'est blessé. Il a le droit de se blesser, ou non ? On ne fait pas de comédie. Pajot est rentré et s'est blessé aussi. Deux remplaçants qui se blessent, on fait deux changements. Les arrêts de jeu étaient justifiés et les gars qui sont restés au sol, c'était justifié aussi. Je comprends leur déception. Ils sont sur la déception de ne pas avoir gagné contre le 19e, devant 60 000 personnes. La déception ne doit pas empêcher la lucidité et la clairvoyance. Deux entrants se sont blessés, on doit en tenir compte. On joue à 10 contre 11, il y a neuf minutes de temps additionnel. Ils n'ont pas trouvé la solution. Il faut rester lucide et clairvoyant, que l'énervement ne fasse pas dire n'importe quoi parfois », a tenu à souligner Frédéric Antonetti, pour qui la fragilité de ses joueurs était totalement justifiée. Il faudra donc parfaire la condition physique pour les Messins, très souvent victimes de crampes en cette fin de match…