OM : Alvaro persiste, Neymar et Valbuena l’ont bien mérité

OM : Alvaro persiste, Neymar et Valbuena l’ont bien mérité

Icon Sport

Actif sur les réseaux sociaux, Alvaro Gonzalez n’hésite pas à régler ses comptes sur la toile, quitte à agacer les supporters par sa communication. Pas de quoi déranger le défenseur central de l’Olympique de Marseille qui assume parfaitement ses sorties.

C’est bien connu, lorsqu’un joueur n’est pas performant, mieux vaut éviter de déraper en dehors des terrains. Ce n’est pourtant pas la philosophie d’Alvaro Gonzalez qui n’hésite jamais à s’exprimer sur les réseaux sociaux. On se souvient que le défenseur central de l’Olympique de Marseille, en conflit avec Neymar depuis l’accusation de racisme, avait échangé des messages chambreurs avec le Parisien.

Et plus récemment, l’Espagnol a jugé nécessaire de recadrer Mathieu Valbuena, le milieu offensif de l’Olympiakos qui avait critiqué l’état d’esprit des Marseillais. Le genre d’interventions qui n’enchantent pas vraiment les supporters, lesquels aimeraient davantage voir Alvaro Gonzalez intervenir face aux attaquants adverses… L’ancien joueur de Villarreal entend évidemment ces critiques. Ce qui ne l’empêche pas d’assumer ses propos sur la toile. « C’est très important de communiquer dans le football aujourd’hui », s’est expliqué le cadre de l’OM dans un entretien accordé à l’AFP.

« Neymar c’était différent »

« C’est clair que ça dépend des personnalités, on ne peut pas demander ça à tous les joueurs. Mais il faut parler, a-t-il insisté. Je sais que je peux être critiqué mais ça n’est pas un problème. Je parle pour dire la vérité, quand je parle de l’équipe, de mes performances, de Valbuena… Neymar c'était différent parce que c'était mondial et qu'on parlait de racisme. Je ne conçois pas un monde de racisme ou d'homophobie. C'est pour ça que ça m'a dépassé. Quand tu vis à Marseille où il y a 1.000 nationalités, quand tu as 12 ans de foot professionnel et des amis partout, c'est dur d'être traité de raciste. » Alvaro Gonzalez doit quand même reconnaître qu'il est souvent impliqué dans les mauvais coups.