LdC : Un groupe en bois, attention l'OM !

LdC : Un groupe en bois, attention l'OM !

Opposé à l’Eintracht Francfort, à Tottenham et au Sporting Portugal, l’Olympique de Marseille a hérité d’un groupe plutôt abordable en Ligue des Champions. Et c’est justement le danger pour les Marseillais.

En tant que membre du chapeau 4, l’Olympique de Marseille pouvait s’attendre à bien pire. Le club phocéen s’exposait par exemple à un groupe de la mort. Ce n'est finalement pas le cas puisqu'avec l’Eintracht Francfort, Tottenham et le Sporting Portugal, le vice-champion de France a hérité d’adversaires à sa portée en Ligue des Champions. Mais pour Marc Libbra, ce n’est pas forcément un avantage dans la mesure où les Marseillais évolueront sous pression.

« C'est un peu le tirage de la peur pour l'Olympique de Marseille, a prévenu le consultant d’Europe 1. Parce que je pense que Marseille peut faire quelque chose. Quand on voit le début de saison de Francfort... Certes, ils ont gagné la Ligue Europa, mais ce n'est pas le même Francfort actuellement. Ils se sont pris une rouste contre le Bayern Munich (1-6), ensuite ils ont perdu face au Real Madrid (2-0) en Supercoupe d'Europe. »

« C'est un début de saison assez compliqué. Je pense vraiment qu'il y a quelque chose à faire, a insisté l’ancien Marseillais. Le Sporting, pareil, début de saison assez mitigé, ils sont 10es. Certes, depuis les deux dernières saisons, ce sont eux qui vont perturber le Benfica et le FC Porto, mais je pense que Marseille a une carte à jouer. Tottenham, pour moi, c'est vraiment au-dessus, on est clair et net là-dessus. »

« Tottenham, on peut toujours rêver »

« Encore une fois, ce tirage peut être très compliqué parce que pas mal de gens vont dire : "Là, c'est sûr qu'il faut sortir de la poule." Mais je pense qu'ils ont une réelle opportunité de sortir. (...) Qui peut me dire que Francfort et le Sporting ne sont pas du niveau de l'Olympique de Marseille ? Pour moi, ça se tient au vu du recrutement. Après, Tottenham, on peut toujours rêver », a imaginé Marc Libbra, partagé entre soulagement et crainte d’un nouveau fiasco européen.