EdF : Benzema et maintenant Rami, Michel Moulin se fait défoncer

EdF : Benzema et maintenant Rami, Michel Moulin se fait défoncer

C’est le 13 mars 2021 qu’auront lieu les élections à la présidence de la Fédération Française de Football. Noël Le Graët est le grand favori pour conserver son poste, même s’il a encore jusqu’au 11 février pour se déclarer officiellement candidat.

En attendant, l’ancien patron de la LFP Frédéric Thiriez et l’investisseur Michel Moulin sont eux déjà passés à l’action. Ce dernier a créé la polémique en annonçant que, s’il était élu, il forcerait Didier Deschamps à convoquer Karim Benzema, blacklisté de l’équipe de France depuis l’épisode de la sextape en 2015. Décidé à s’en prendre directement à Didier Deschamps, Michel Moulin a passé la deuxième couche en attaquant le sélectionneur sur ses choix dictés par des critères non-sportifs, prenant en exemple le passage d’Adil Rami au Mondial 2018, lié selon le candidat aux manoeuvres de l’agent de Didier Deschamps, le fameux Jean-Pierre Bernès. 

« En 2018, on sélectionne Adil Rami alors qu’il y a Laporte et Lenglet qui sont largement à son niveau. Deschamps nous explique ensuite que c’est parce qu'il amuse la galerie. Puis on s’aperçoit que l'avocat et l'agent de monsieur Didier Deschamps est aussi l’agent et l’avocat de monsieur Rami », avait ainsi balancé Michel Moulin. De quoi faire bondir Adil Rami, pour qui tout cela est tout bonnement faux. « Il attaque Didier Deschamps pour créer une polémique. Il veut qu’on parle de son pedigree et de ce qu’il a fait dans le monde du football? J’espère vraiment que Didier Deschamps ne répondra pas une seconde fois à ses provocations. Ce serait comme donner du caviar aux cochons. Ça lui fait de la pub et ce qu’il recherche. Il perd sa crédibilité parce que ce n’est pas vrai. Je travaillais avec ma sœur, d’autres agents, mais pas avec M. Bernès », a prévenu sur RMC le défenseur central, dont la présence au Mondial 2018 a beaucoup étonné, et a même failli causer un incident sérieux à l’hôtel des Bleus pendant la compétition. Un angle d’attaque pour les opposants à Noël Le Graët visiblement, même si cela a pour le moment surtout l’art de faire le buzz.