Pierre Ménès pointe la paranoïa de l'OM...et la faute sur Lopes

Pierre Ménès pointe la paranoïa de l'OM...et la faute sur Lopes

Photo Icon Sport

Pierre Ménès a tenu à revenir dans son blog sur le fait du match OM-OL, la fameuse action sur le but marqué ou pas par Lucas Ocampos en seconde période. Le consultant de Canal+ rappelle que pour l’arbitre il était impossible de savoir si le ballon était rentré, et il signale que, selon lui, si l’officiel s’est raté c’est en ne sifflant pas la faute du même Ocampos sur Anthony Lopes. Si M.Bastien avait signalé cette faute, alors le débat serait clos. Quoi qu'il en soit Pierre Ménès n'en peut plus des théories du complot et le dit.

« Évidemment, le moment-clé de ce match restera le but refusé à Ocampos en fin de match. Alors, le ballon est probablement rentré - sans qu’on en ait d’ailleurs la certitude absolue, à moins d’être 100% marseillais - mais ce qui est sûr c’est qu’aucun arbitre au monde ne pouvait le voir. La seule faute de monsieur Bastien - excellent tout au long de ce match -, c’est de ne pas avoir sifflé la seule chose évidente dans cette action : le jeu dangereux d’Ocampos sur Lopes. Qu’il y ait but ou pas, siffler cette faute incontestable aurait coupé court aux contestations. Andre Ayew en tête, les Olympiens nous ont offert après le match un magnifique exemple de paranoïa, tout comme Ibra en fin d’après-midi dans les couloirs de Chaban-Delmas. Sans raison et avec des mots extrêmement violents. Comme Jean-Michel Aulas récemment, notamment lors du match face au PSG à Gerland. Donc, en gros, à chaque fois qu’une décision est défavorable à une équipe, quelle qu’elle soit, c’est la théorie du complot. Tout le monde chouine, tout le monde pleurniche. Mais personne ne prend ses responsabilités et personne ne se regarde dans la glace. Tout cela n’est pas très constructif, même si je considère que c’est aussi la résultante d’un arbitrage bien souvent déficient et de l’opacité totale de la Ligue quant à ses sanctions », fait remarquer Pierre Ménès, qui s’agace de tout cela et tient à le faire savoir.

Share