L'OM n'est ni Russe, ni Qatari, mais Dassier a des idées

L'OM n'est ni Russe, ni Qatari, mais Dassier a des idées

Photo Icon Sport

Ancien président de l’Olympique de Marseille, qu’il a mené au titre de champion de France en 2010, Jean-Claude Dassier s’est fait éjecter par Vincent Labrune, mais cela ne l’empêche pas de toujours suivre la situation du club phocéen avec attention. Au moment où le mercato va ouvrir ses portes, et où l’OM affiche clairement sa prudence, l’ancien patron de l’Olympique de Marseille avoue que Margarita Louis-Dreyfus doit gérer de manière différente son équipe, la guerre à l’armement avec le PSG et Monaco étant perdue d’avance.

« Le risque que nous avons en France, c’est qu’un peu comme en Espagne nous ayons un championnat je ne dis pas sans intérêt, mais à deux têtes avec Paris et Monaco. Et puis derrière les deux, il n’y a plus de qualification automatique pour la Ligue des champions. Donc, investir en sachant qu’il sera très dur de trouver des recettes en provenance de la Ligue des champions, c’est déjà un acte de foi pour le moins important (…) L’actionnaire de l’OM n’est peut-être pas qatari, mais il a des moyens. Il a investi environ 40ME la saison dernière. Marseille, c’est LA ville française du football. Le PSG va essayer de les supplanter. Avec l’actionnaire qatari, il faut revoir ses ambitions, mais pas nécessairement à la baisse, car les Marseillais n’accepteraient pas cette philosophie. Je ne pense pas d’ailleurs que ce n’est pas celle des dirigeants actuels. Après, cela dépend de l’ambition de l’actionnaire. Si elle veut investir. Si MLD veut suivre l’exemple des Qataris on s’en félicitera, mais sans attendre les Qataris, dans la situation actuelle il faut un recrutement malin et privilégier le centre de formation », a prévenu, sur la chaîne télé du quotidien économique Les Échos, Jean-Claude Dassier, quand même confiant pour l’avenir de l’OM si le club phocéen sait faire les bons choix.

Share