CdM 2022 : Ces villes françaises qui refusent le boycott

CdM 2022 : Ces villes françaises qui refusent le boycott

Icon Sport

Depuis plusieurs semaines, un certain nombre de grandes villes françaises ont annoncé refuser de diffuser la coupe du monde 2022 sur écrans géants. Une volonté de marquer leur opposition à cet évènement. Toutefois, d'autres villes françaises ont fait le choix inverse. 

Paris, Lille, Bordeaux, Marseille entre autres. Les plus grandes villes françaises ont officiellement marqué leur opposition à la coupe du monde 2022 au Qatar. Les maires de ces villes tiennent une posture hostile à la tenue de cet évènement pour des raisons environnementales, sociales et de droits humains liés aux travailleurs morts sur les chantiers des stades. Ce mouvement de boycott se caractérise par une mesure symbolique : le refus de diffuser le moindre match du tournoi sur écran géant, quel que soit le parcours de la France dans cette compétition. 

Caen, Nice ou Cannes refusent le boycott

La question divise l'opinion publique française depuis quelques temps. Certains approuvent le boycott et préféreront éviter l'évènement malgré leur amour pour le football. Par contre, d'autres jugent le positionnement de ces élus quelque peu démagogique alors que le Qatar a obtenu le Mondial en janvier 2011, soit près de 12 ans avant. La ville de Caen a tranché et a penché pour la deuxième option. L'adjoint aux sports, Aristide Olivier, affirme ne pas apprécier la tenue de l'évènement au Qatar mais refuse un boycott qui n'aurait pas de sens en octobre 2022. Il s'est justifié dans Ouest-France.

« Il n’y a pas de boycott par principe. Ce qui est sûr, c’est que cette Coupe du monde au Qatar est un très mauvais choix, tant sur le plan écologique que social. Mais le bon comportement aurait été de réagir plus tôt, et non pas à un mois de l’événement. [...] Dans tous les cas, diffuser cette Coupe du monde ne signifie pas la cautionner », a t-il indiqué. La ville normande n'est pas la seule dans cette position. Le maire de Nice Christian Estrosi et celui de Cannes David Lisnard ont annoncé ne pas vouloir boycotter l'évènement. Ils pourraient mettre des écrans géants dans le cas où la France ferait un parcours satisfaisant. « La route est longue et parsemée d'embuches. Je vous propose de me reposer la question si la France est en finale ou en demi-finale », s'est notamment exprimé Christian Estrosi à l'AFP. En d'autres termes, il y aura peut-être deux suivis différents du Mondial 2022 en France, en fonction de sa ville de résidence.