Harcèlement : Des journalistes accusent, cette chaine sportive a les oreilles qui sifflent

Harcèlement : Des journalistes accusent, cette chaine sportive a les oreilles qui sifflent

Photo Icon Sport

Il y a quelques semaines, Clémentine Sarlat avait révélé le harcèlement dont elle avait été victime au service des sports de France TV. C'est cette fois une chaine sportive qui est visée par deux journalistes.

Les oreilles sifflent actuellement du côté d'une chaîne sportive où visiblement de très sales habitudes avaient été prises par des hommes. Il y a quelques semaines Clémentine Sarlat avait dévoilé les coulisses peu glorieuses d'une petite partie du service des sports de France Télévision, où elle avait subi un harcèlement permanent, ce qui a déclenché l’ouverture d’une enquête. Depuis 48 heures, les regards se tournent vers une chaîne 100% sportive. En effet, plusieurs journalistes féminines passées par ce média se plaignent de ce qu’elles ont subi sans que la hiérarchie ne vienne les soutenir. C’est d’abord Tiffany Henne, désormais sur RMC où elle explique n’avoir aucun souci, qui a ouvert le bal en expliquant sur Twitter la manière dont son rédacteur en chef la maltraitait. « Parfois il venait se poser à côté de moi : "Oh allez c'est sûr que tu veux te taper X (une autre collègue de la rédaction), elle aussi elle aime les meufs ça se voit" ou "Mais quand est-ce que tu vas nous avouer que tu aimes les meufs ? (...) Le pire (peut-être) c'est quand il m'a enfermé dans une salle avec un collègue pour que j'avoue que j'aimais les filles et de je devais le faire pendant qu'il me filmait avec son téléphone... Ça a donné ça : Lui : "Tiffany viens voir faut que je te parle avec X" Je bossais, je les suis dans la salle de conférence de redac et il me dit "Bon maintenant tu ne sors pas tant que tu n'as pas avoué dans cette vidéo que tu aimes les meufs". Je lui ai dit d'arrêter, que j'avais pas fini de remplir le JT et que ça allait faire un noir antenne...Réponse :"Je m'en fous c'est moi le chef, y aura un noir antenne, c'est pas grave." Je sais pas combien de temps ça a duré mais hyper gênée j'ai fini par dire "Oui j'aime bien les filles j'ai plein d'amies." Il m'a dit :"Parfait j'ai ce qu'il me faut, je couperai la fin".  », explique Tiffany Henne, qui ne dévoile pas la chaîne concernée, ni le nom du rédacteurs en chef, afin d'éviter une chasse à l'homme via les réseaux sociaux, mais qui a vite été soutenue par une autre ancienne journaliste de la Chaîne L’Equipe. 

En effet, Andréa Decaudin, que l’on retrouve désormais sur Télématin, avoue également avoir connu le même problème. « J’ai signalé que des propos sexistes ou humiliants étaient tenus de manière systématique dans la rédaction (…) J’ai signalé que parfois, lors des coupures de pub hors antenne, mon co-présentateur m’expliquait que ce que je racontais en gros c’était de la merde (…) Un jour en conférence de rédaction, j’ai suggéré à mon co-présentateur qu’il serait intéressant de recevoir Untel sur notre plateau. Ce dernier m’a répondu : « Pourquoi tu veux le mettre en avant, tu baises avec lui ou quoi ? » (…) Il y a eu enquête. Certains ont reçu des avertissement, des messages de prévention ont été affichés, mais j’étais fatiguée et je suis partie », explique la journaliste, qui a réussi à rebondir sur le service public. Enfin, c’est Cindy Colmenares, chroniqueuse sur RTL, et qui avait été consultante de... la Chaîne L’Equipe, qui y est allée de son témoignage en s’en prenant cette fois à un autre consultant, qui aurait été plusieurs fois très désagréable et très vindicatif à son encontre.