Vente ASSE : La piste saoudienne déjà abandonnée ?

Vente ASSE : La piste saoudienne déjà abandonnée ?

Ce n'est plus une rumeur, l'AS Saint-Etienne est en vente. Parmi les nombreuses rumeurs, celle d'une vente possible au prince saoudien Abdullah Bin Mosaad. 

Cette fois les choses sont claires, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont décidé de passer la main, et les deux présidents de l’ASSE ont annoncé qu’ils allaient étudier les offres de rachat des Verts. Le communiqué des deux dirigeants ne laisse plus la place au moindre doute, il est désormais temps pour l’AS Saint-Etienne de changer d’ère. Parmi les premiers bruits, on a d’abord évoqué la possibilité du rachat de Sainté par la société Desjoyaux, mais très vite le patron de l’entreprise stéphanoise a indiqué que cela n’était pas du tout au programme. D’autres pistes ont été lancées, dont une autre sur le plan local, mais aussi en Suisse ou bien encore en Arabie Saoudite, Bernard Caïazzo ayant passé du temps dans cette région du globe. A la tête de ce projet saoudien, le prince Abdullah Bin Mosaad et sa société United World Group.

Un fonds d’investissement qui a déjà investi dans le football et c’est peut-être le problème. Car si UWG possède un club anglais, un club belge ou bien encore un club en Inde ou à Dubaï, il vient également de racheter 80% de Châteauroux, actuel dernier de Ligue 2, avec l'engagement de posséder d'ici deux ans 100% du club dirigé désormais par Michel Denisot. S’il est très loin d’être aussi riche que son compatriote, le Prince Walid Ben Talal, dont on dit depuis des années qu’il veut reprendre l’Olympique de Marseille, le Prince Abdullah Bin Mosaad serait à la tête d’une fortune de 200ME, et il souhaite prendre les commandes d’équipes avec un potentiel de gain et pas s’offrir une « danseuse ». Avec l’AS Saint-Etienne, dont le prix n’est pas monstrueux, il y a donc de la place pour faire fructifier un rachat, mais le souci est que United World Group est déjà propriétaire d’un club professionnel en France. Et c’est bien cela qui met un stop à un éventuel rachat de l’AS Saint-Etienne. Il en est effet impossible, pour des raisons évidentes, de posséder deux clubs susceptibles de disputer la même compétition. Imaginer un ASSE-Châteauroux en Coupe de France ou en Ligue 1 dans quelques saisons…