PSG : Vente du Parc des Princes, la Mairie de Paris est pressée

PSG : Vente du Parc des Princes, la Mairie de Paris est pressée

Icon Sport

Le PSG et le Parc des Princes, c'est une histoire qui marche beaucoup moins bien ces derniers jours. Alors que Nasser Al-Khelaïfi met la pression à la mairie de Paris pour faire des travaux dans l'enceinte, la municipalité de la capitale refuse et se montre trop gourmande. Après les menaces du président qatari, un élu de la mairie de Paris a répondu aux attaques du PSG.

Depuis plusieurs jours, Nasser Al-Khelaïfi met la pression à la mairie de Paris pour racheter le Parc des Princes. Si Anne Hidalgo et son équipe ne sont pas fermées à cette idée, elle réclame 350 millions d'euros au PSG pour céder le stade. Une somme que le président du club n'est pas prêt à lâcher. Le dirigeant qatari laisse entendre alors que si la mairie de revient pas sur son offre, le PSG quittera le Parc des Princes et s'installera dans un autre stade, avec une capacité d’accueil plus grande. Emmanuel Grégoire s'est une nouvelle fois exprimé sur les dernières déclarations du président qatari.

La mairie de Paris souhaite négocier avec le PSG

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Paris Saint-Germain (@psg)

« Nous sommes très favorables à l’agrandissement du Parc des Princes. C’est une option que nous soutenons totalement. Nous souhaitons aller le plus vite possible. Le PSG semble faire de l’achat du Parc des Princes une condition sine qua non pour faire cet investissement. Reste à savoir dans quelles conditions juridiques se noue le partenariat entre la ville de Paris et le PSG à travers le Parc des Princes. Je n’ai qu’une hâte, c’est qu’on puisse engager ce chantier majeur » a déclaré le premier adjoint à la mairie de Paris au micro de BFM TV. Nasser Al-Khelaïfi souhaite racheter le Parc des Princes mais n'accepte pour le moment pas l'offre de la mairie. Reste à savoir quelle sera la décision prise par la direction parisienne. Tous les supporters du PSG attendent de savoir s'ils vont devoir quitter l'enceinte où ils se rendent chaque week-end depuis 1972. En tout cas, le calme et l'apaisement semblent revenus dans ce dossier, de quoi indiquer des relations plus sereines et une véritable négociation dans les semaines à venir ?