PSG : Platini hurle au scandale pour le penalty sifflé contre Paris !

PSG : Platini hurle au scandale pour le penalty sifflé contre Paris !

Photo Icon Sport

Les minutes ont été longues pour tout le monde mercredi soir lorsque l'arbitre du match PSG-Man Utd a décidé, après avoir accordé un corner aux joueurs anglais, d'utiliser la VAR à la demande des arbitres installés installés devant les écrans de contrôle. Mais après avoir visionné plusieurs fois les images, un penalty a été donné aux Red Devils, et cela a été une douche glacée pour le Paris Saint-Germain. Sans remettre en cause l'élimination du Paris SG, Michel Platini estime que cette séquence a montré que la VAR est, selon lui, une honte totale pour le football.

Et dans le JDD, l'ancien patron de l'UEFA, qui a toujours lutté contre l'assistance vidéo aux arbitres, d'expliquer sa colère. « Au cours de mes années passées à l’International Board, j’ai toujours essayé de défendre le jeu et de protéger les joueurs. Ce qui s’est passé, mercredi a simplement confirmé mes dires. En l’occurrence, le joueur parisien se retourne et le ballon vient lui taper le bras. C’est involontaire. L’arbitre a fait ce qu’il devait faire en sifflant corner, et puis des gens lui ont dit qu’il devait y regarder de plus près. Or, décréter que tout contact de la main dans la surface doit être sanctionné d’un penalty, c’est aller contre l’esprit du football, contre le jeu. Et ça risque de conduire à des situations où, plutôt que d’ajuster leur centre ou leur tir, les joueurs vont d’abord viser la main du défenseur. Les arbitres essaient de se protéger et on a voulu leur faire plaisir, mais ce n’est pas à eux que j’en veux. J’en veux à ceux qui les dirigent. Le football est un jeu dans lequel les arbitres n’ont qu’à se démerder pour bien arbitrer. Ils doivent s’adapter au football, pas l’inverse », confie Michel Platini, qui estime que désormais certains joueurs pourraient être tentés de plus viser la main d'un adversaire qu'autre chose en ayant la certitude d'obtenir un penalty. Pas faux.