PSG : Pierre Ménès se fait (encore) salement allumer par Mediapart

PSG : Pierre Ménès se fait (encore) salement allumer par Mediapart

Photo Icon Sport

Se confiant dans Télérama, le patron du pôle Enquêtes à Mediapart est revenu une nouvelle fois sur les accusations faites à l'encontre de son média par différents spécialistes du football, dont le plus connu d'entre-eux, Pierre Ménès, lequel estime que Mediapart dégaine à tout va sur le Paris Saint-Germain afin de profiter de l'importance du PSG pour prendre des abonnés. Pour Fabrice Arfi, qui vise clairement le consultant de Canal+ sans le nommer, ce dernier mélange tout et n'importe quoi afin de masquer ses propres intérêts financiers avec le football et le Paris SG.

« Lorsqu’on révèle des informations qui n’ont pas trait aux stratégies sportives – soit des dérives financières ou des pratiques discriminatoires –, ces grands prêtres du commentaire footballistique, au lieu de nous répondre sur le fond de nos révélations, nous disent « Mediapart, vous n’y connaissez rien au foot ! » Mais nos enquêtes, par exemple sur le fichage ethnique au PSG, ne nécessitent pas une connaissance du sport pour voir qu’il y a un problème discriminatoire. Le PSG lui-même qualifie ces fichiers d’illégaux. Il y a un ensemble de personnes qui se croient propriétaires de tout ce qui, de près ou de loin, touche à l’industrie du football. Au lieu de discuter des informations, ils disqualifient celui qui les apporte et les met sur la table. Je ne parle même pas des liens d’intérêt qu’il peut y avoir entre certains commentateurs et certains objets de leurs commentaires. Ni de ce petit monde clos de gens qui vivent dans un monde très fermé, de clubs, de fédérations… C’est comme un réflexe de tortue romaine pour protéger le milieu auquel on appartient. Il y a une absence de distance qui, de mon point de vue, est problématique (...) Il y a un point compliqué, que l’on peut retrouver dans le journalisme politique : la fierté de fréquenter un ministre ou un dirigeant de club, des joueurs très connus, d’être dans les avions pour aller voir les matchs, de faire le tour d’Europe pour les suivre... C’est en réalité la tragédie du rubricard un peu trop installé, du journaliste « habitué ». Là, on le voit très bien dans le monde du football, sans même aller jusqu’à parler d’éventuels conflits d’intérêts. Je pense d’ailleurs qu’il serait intéressant que certains commentateurs patentés du football, que l’on voit notamment faire de la publicité pour des sites de paris en ligne, fassent des déclarations d’intérêts, puisque ça ne leur pose pas de problèmes d’avoir des relations commerciales liées à leur sujet », balance le journaliste de Mediapart, qui est donc sans pitié avec Pierre Ménès, lequel avait déjà répondu mercredi à une première charge plus précise d'un journaliste du média d'Edwy Plenel.