PSG : Dugarry avoue s'être royalement planté avec Tuchel

PSG : Dugarry avoue s'être royalement planté avec Tuchel

Photo Icon Sport

Suite au succès du Paris Saint-Germain face à Manchester United (2-0), Christophe Dugarry a tiré un grand coup de chapeau à Thomas Tuchel.

Avec les absences de deux de ses meilleurs joueurs, à savoir Neymar et Edinson Cavani, Thomas Tuchel était attendu au tournant lors du huitième de finale aller de la Ligue des Champions à United. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'entraîneur allemand a répondu présent. Puisqu'avec son 4-4-2, mouvant en 3-4-3 en phase offensive, TT a largement remporté la bataille tactique face à Ole Gunnar Solskjær. Un exploit à Old Trafford au cours duquel Marquinhos a été brillant dans un poste hybride de sentinelle inventé par Tuchel. Selon Christophe Dugarry, ce dernier choix fort prouve que l'ancien de Dortmund est un grand coach européen.

« Dans le management, il est tout simplement parfait. Il est arrivé à faire comprendre à Marquinhos qu’il est capable de jouer au milieu, surtout après ses deux-trois premières prestations qui avaient été plutôt mitigées. C’est aussi ça l’œil et le flair d’un entraîneur. Je n’étais pas convaincu du positionnement de Marquinhos en 6. Il est en train de me prouver le contraire. C’est un entraîneur de très, très haut niveau. En plus, techniquement, tout ce que Marquinhos a fait était très juste. C’est l’œil de l’entraîneur de savoir parler à ses joueurs et de les amener avec lui à travers un discours. On a aussi vu les déclarations de Neymar, qui est dithyrambique sur Tuchel. Mon coup de cœur est pour Tuchel le manager, le leader, le psychologue, plus que le technicien sur le match de mardi. Attention, ce n’est pas le hasard ce qu’on a vu mardi, il n’y a pas d’improvisation. C’est un entraîneur de très, très haut niveau », a lancé, sur RMC, le consultant, qui pense donc que Tuchel avait parfaitement préparé ce choc face à Man Utd. Reste à convertir cette victoire en qualification le 6 mars prochain au Parc des Princes, ne serait-ce que pour atteindre les quarts de la C1, un stade plus atteint par le PSG depuis trois ans...