Omar Da Fonseca et Vincent Duluc, folle polémique à cause de Lionel Messi !

Omar Da Fonseca et Vincent Duluc, folle polémique à cause de Lionel Messi !

Omar da Fonseca a fait le show à la toute fin de la conférence de presse de présentation de Lionel Messi par le PSG, et cela n'a pas été du goût de Vincent Duluc. Au sein de L'Equipe, on tousse.

La conférence de presse de Lionel Messi tirait à sa fin mercredi matin dans l’auditorium du Parc des Princes, et Nasser Al-Khelaifi s’apprêtait à poser avec la star argentine en tenant le maillot du PSG floqué du numéro « 30 » lorsque des chants sont partis du fond de la salle pleine de journalistes. « Messi, Messi, Messi… », les amateurs de football espagnol ont rapidement reconnu la voix d’Omar da Fonseca, consultant de BeInSport, et bien évidemment ancien joueur argentin du PSG. Ce dernier n’a jamais caché son amour pour Leo Messi, qu’il encensait à l’antenne avec des chansons, des phrases restées mythiques. Bref, Omar da Fonseca est comme un gamin devant Lionel Messi, et il s’est donc rapidement fait accréditer par sa chaîne pour assister à cette présentation.

Son intervention folklorique, diffusée sur toute la planète, a fait rire pas mal de monde, mais pas certains journalistes. « J'ai 63 balais, j'étais heureux et j'ai voulu le montrer. On me dit que ce n'est pas l'endroit pour faire ça. Mais qui détermine ça ? J'ai respecté la conférence. J'ai attendu la fin, il faisait les photos, j'ai commencé à applaudir et 3-4 personnes m'ont accompagné, c'est tout », a expliqué le consultant argentin dans L’Equipe. Mais un autre journaliste du média sportif n’a pas du tout apprécié et l'a fait savoir, ce qui a provoqué quelques séismes sur les réseaux sociaux.

Pour Vincent Duluc, ce genre de comportement n’a rien à faire lors d’une conférence de presse. Et après l’avoir clairement dit sur la chaîne L’Equipe, l’expérimenté journaliste l’a répété sur Twitter. « Je maintiens que ce n’était pas l’endroit et que cette mise en scène de soi-même n’est pas une attitude journalistique. Je suis pisse froid mais je regrette que des journalistes du monde entier aient pensé que les journalistes français étaient des supporters. J'adore Omar, mais là, sa passion n'était pas au service du téléspectateur», a précisé Vincent Duluc, qui ne partage pas l'avis de certains de ses confrères et encore moins d'internautes qui estiment que les temps ont changé et que Vincent Duluc devait s'y habituer.