Estimé à 4 milliards, le PSG va chambouler le marché !

Estimé à 4 milliards, le PSG va chambouler le marché !

Icon Sport

Ouvert à la vente d’une partie des parts du Paris Saint-Germain, Qatar Sports Investments se montre exigeant. Le propriétaire se base sur une estimation du club francilien à quatre milliards d’euros ! Une somme qui pourrait inspirer d’autres patrons en Europe et révolutionner le marché européen.

L’annonce était totalement inattendue. Pendant la Coupe du monde au Qatar, Nasser Al-Khelaïfi a ouvert la porte à la vente de 10-15% des parts du Paris Saint-Germain. Le club de la capitale se cherche un nouvel actionnaire minoritaire. Non pas pour un rachat total à l’avenir, mais plutôt pour continuer à développer le champion de France. Selon les informations du Financial Times, des discussions ont été entamées avec plusieurs candidats depuis cet été, notamment avec deux fonds venus des Etats-Unis.

Ces investisseurs devront se montrer convaincants dans la mesure où le Paris Saint-Germain ne bradera pas ses parts. En effet, le président parisien a confié au quotidien britannique qu’il se basait sur une estimation totale du club à quatre milliards d’euros ! On est loin, très loin des 70 millions d’euros investis pour le rachat du club en 2011. Avec ce montant annoncé par Nasser Al-Khelaïfi, le Paris Saint-Germain se rapproche plutôt de la valeur d’un cador comme Chelsea, racheté par l’Américain Todd Boehly cette année pour environ 5 milliards d’euros.

Des conséquences pour MU et Liverpool ?

Le club francilien, pas encore propriétaire de son stade, et dont les droits TV restent nettement inférieurs à ceux de la Premier League, a pourtant des arguments en moins. C’est pourquoi la source affirme que le prix fixé par le Paris Saint-Germain pourrait chambouler le marché. Actuellement, de grands clubs européens comme Manchester United, Liverpool et l’Inter Milan recherchent des repreneurs. S’ils se basent sur l’estimation de Qatar Sports Investments, les propriétaires de ces cadors pourraient revoir leurs exigences à la hausse.