OL : Marcelo « l’âne » de Lyon fait une confidence stupéfiante

OL : Marcelo « l’âne » de Lyon fait une confidence stupéfiante

Photo Icon Sport

Moqué par une banderole d'un supporter où il était présenté comme un âne, Marcelo est l'inverse de tout cela.

Au cœur de l’hiver dernier, et avant une solide explication qui avait permis de calmer les choses, une banderole était apparue dans un virage du Groupama Stadium derrière le but, et l’on voyait un message virulent « Marcelo Dégage », illustré avec un dessin d’un âne qui en disait long sur ce que pensaient ces supporters du défenseur brésilien. Pourtant, Marcelo est bien loin de cette image de joueur écervelé, très loin même. Dans L’Equipe, et à quelques heures du match OL-Man City, on apprend que le patron de la défense lyonnaise est un brillant étudiant en économie, et qu’il voyage régulièrement pour améliorer ses connaissances dans ce domaine. Et cela lui plait tellement que Marcelo n’est pas certain de rester dans le football après sa carrière.

Répondant à L’Equipe, le défenseur lyonnais fait des confidences sur cette passion bien cachée. « Oui, j'étudie l'économie et la finance depuis sept ans. Je voyais récemment que 95 % des joueurs, deux ans après l'arrêt de leur carrière, ont des problèmes financiers (…) Je prends des cours en ligne et j'ai un prof particulier qui habite à Genève et qui vient à Lyon. Quand j'ai des vacances, je prends une semaine pour aller aux États-Unis. J'ai été, par exemple, à Chicago pour un stage dans une université. Je lis tout le temps, pas des romans, mais plutôt des livres d'éco ou des trucs qui me servent dans la vie de tous les jours. J'aimerais travailler dans la finance (...) Après le foot, je vais d'abord aller aux États-Unis terminer l'université et obtenir des diplômes. Je dois préparer l'après-foot car la transition n'est pas facile. Parfois, les mecs rigolent de me voir plongé toujours dans des bouquins mais ça m'est égal (rire) », explique Marcelo, qui étudie discrètement mais avec une vraie passion. On est clairement très loin de l’image d’un âne.