Lacombe : « Puel et moi, on ne se parle pas »

Lacombe : « Puel et moi, on ne se parle pas »

Photo Icon Sport

Conseiller très respecté du président Aulas à Lyon, Bernard Lacombe s’était vu attribué après la défaite à domicile face au PSG en Coupe de la Ligue des nouvelles attributions. Au moment où Jean-Michel Aulas avait confirmé Claude Puel dans ses fonctions, le président lyonnais avait immédiatement précisé qu’il souhaitait une plus grande implication de l’ancien international tricolore auprès de l’entraineur rhodanien et du groupe de l’OL aussi. Mais ce rôle de super adjoint du groupe pro, Bernard Lacombe assure qu’il n’existe toujours pas pour le moment, et que niveau communication, rien n’a changé avec le coach rhodanien. Le degré zéro semble même avoir été atteint.

« Oui, le président a dit des choses. Mais je n’ai pas non plus mon mot à dire. Rien n’a changé. Puel et moi, on ne se parle pas. Il n’y a jamais d’échanges avec lui. Je ne connais jamais les compositions de l’équipe. Je suis toujours proche des joueurs, comme je l’étais avant. Je discute avec eux, je les rassure, je les motive, je transmets un message. Mais le maître, c’est Puel. Je ne m’investis pas plus qu’à une époque. Il faut arrêter de dire que je me suis rapproché du terrain », a dénoncé dans le Dauphiné Libéré un Bernard Lacombe qui aurait visiblement aimé utiliser son expérience et ses connaissances footballistiques pour avoir son mot à dire dans les choix tactiques de Puel. Ce ne sera de toute évidence jamais le cas, car si Claude Puel a fait des concessions sur son comportement, ses relations avec les joueurs ou son image médiatique, il ne lâchera rien sur le terrain.

« Je suis arrivé à Lyon à la demande du président en 1988. J’estime que quand on débarque dans un club, on peut aller demander son avis à quelqu’un qui est là depuis 22 ans. Je suis allé vers Puel au début, mais il n’y a jamais eu de retour. J’avais beaucoup de contacts avec Perrin, Houllier ou Le Guen. Pas avec Puel », en a rajouté le champion d’Europe 1984, qui ne semble plus du tout désireux de faire l’effort pour défendre l’entraineur de l’Olympique Lyonnais, qui a réussi à se mettre à dos un de membres les plus influents du club.