Nice : Le Gym n’en a pas fini avec les victimes de l'OM

Nice : Le Gym n’en a pas fini avec les victimes de l'OM

Reporté à cause des jets de bouteilles et de l’envahissement de la pelouse, le match de Ligue 1 entre l’OGC Nice et l’Olympique de Marseille sera rejoué le 27 octobre. Mais en attendant, le camp niçois a relancé les hostilités par l’intermédiaire de son directeur du football Julien Fournier.

On pensait les deux parties définitivement calmées. Après les tensions et les nombreux échanges qui ont suivi l’arrêt du match en août dernier, la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel a tranché avec des sanctions des deux côtés. Des décisions pas forcément approuvées mais au moins, aucun des deux clubs n’a fait appel. La hache de guerre était donc enterrée, du moins jusqu’au 27 octobre, date choisie suite au report de la rencontre.

Sauf que le directeur du football Julien Fournier a eu l’idée de relancer les hostilités en s’attaquant aux Marseillais. « Le problème de notre société et des médias, c'est la caricature. Ce match, c'est devenu les méchants supporters niçois qui ont envahi le terrain et qui ont frappé les gentils joueurs de l'OM, a dénoncé le dirigeant azuréen dans un entretien accordé à Nice-Matin. Ce n'est pas ma lecture des événements, ce qui n'enlève rien aux comportements inacceptables de ceux qui ont foutu le match en l'air. »

« Marseille s’est victimisé, a attaqué »

Les supporters niçois sont évidemment visés, mais pas autant que le camp olympien. « Cela m'embête qu'on revienne encore là-dessus. J'ai envie qu'on tourne la page. Marseille s'est victimisé, a attaqué, on a préféré ne pas parler, a poursuivi Julien Fournier. Ce qui m'importe, c'est le prochain match à rejouer contre l'OM. Il va falloir le regagner car on l'a déjà remporté une fois. » A huis clos et sur terrain neutre, sur décision de la commission de discipline, ce match s’annonce tout de même électrique.