Nantes c'est pas Paris, ce Canari a fui le danger !

Nantes c'est pas Paris, ce Canari a fui le danger !

Icon Sport

Le FC Nantes reçoit le PSG ce samedi à la Beaujoire, un match forcément spécial pour Roli Pereira de SA, le milieu de terrain des Canaris.

Formé au Paris Saint-Germain, où il a signé son premier contrat pro en 2015, c’est peu dire que Roli Pereira de SA n’a pas eu la carrière qu’il pensait dans la capitale. Même s’il n’est pas le premier joueur issu de l’académie parisienne à se perdre un peu, le milieu de terrain de 25 ans avait finalement rejoint en 2017, alors qu’il était libre, le FC Nantes. Pendant longtemps, il a été tenu à l’écart de l’équipe de Ligue 1, se contentant bien malgré lui de match avec la réserve. Mais finalement, c’est un ancien joueur du PSG, Antoine Kombouaré, désormais entraîneur de Nantes qui l’été dernier lui a permis de disputer ses premières minutes dans le rôle de titulaire contre Monaco. Un sacré revirement dans la carrière de celui à qui l’on promettait un brillant avenir lorsqu’il portait le maillot parisien. A quelques heures de croiser la route de son ancien clu, Roli Pereira de SA avoue qu’il s’était totalement perdu à Paris, en raison d’un entourage un peu trop présent et proche.

Nantes a réussi à changer les mauvaises habitudes prises à Paris 

Car comme de nombreux jeunes, Roli Pereira de SA a pensé que tout était arrivé pour lui lorsque les dirigeants parisiens lui ont fait signer son premier contrat professionnel, et tout a dérapé. « Autour de moi, c’était un peu compliqué. Mon entourage a un peu joué sur le début de ma carrière. Je ne rejette pas la faute sur eux, car c’était à moi de faire attention, donc c’est surtout de ma faute. Tu joues au PSG, tout le monde te dit que tu es le plus fort et tu te crois arrivé. Mais au final, quand tu te prends la réalité en face, ça fait très mal. Je suis tombé bas, mais, heureusement, je n’ai pas lâché. Ça m’a fait du bien de quitter la région parisienne. À Paris, j’étais à 25 minutes de mon quartier. Je faisais des allers-retours entre deux entraînements. Nantes est 3 heures de route, je ne peux plus le faire », explique le milieu de terrain qui explique que ses débuts chez les Canaris n’ont pas été faciles, puisqu’il s’est retrouvé avec la réserve en N3. De quoi le faire déprimer, prendre 7 kilos et réfléchir à la suite de sa carrière. Heureusement pour le joueur, du côté du FC Nantes, on croyait en lui et on l’a remis dans le bon chemin en lui prouvant qu’en changeant quelques habitudes il pouvait facilement redevenir un vrai pro. Et cela a fonctionné.