Vente OM : Les supporters sont fadas, il jette l'éponge

Vente OM : Les supporters sont fadas, il jette l'éponge

Icon Sport

Depuis de longs mois, les fausses informations et les scénarios les plus improbables circulent au sujet d’une possible vente de l’OM par Frank McCourt. Un dossier qui use véritablement les journalistes marseillais...

Le fantasme d’une vente de l’Olympique de Marseille aux Saoudiens est notamment celui de nombreux supporters phocéens. La passion des suiveurs du club olympien se transforme même parfois en une forme de harcèlement de certains journalistes ou insiders. Et sur les réseaux sociaux, il est vite fait de dépasser les bornes, ce que Mourad Aerts ne supporte plus. Sur son compte Twitter, le journaliste de Football Club de Marseille a fait savoir que le harcèlement perpétuel des supporters de l’OM au sujet de la vente du club n’était plus tolérable. Un cri du cœur qui ne manquera pas de faire du bruit, alors que certains supporters restent convaincus que la vente de l’Olympique de Marseille est dans les tuyaux…

Quand #VenteOM rime avec harcèlement

« Dans mon esprit, mon travail repose beaucoup sur l'échange et le partage mais à partir d'aujourd'hui je vais me mettre à bloquer et ban tout ce qui a rapport à la Vente OM. Ça fait six mois que, quoi que je fasse, cette histoire vient me polluer. J'en ai marre » peste le journaliste. « Que ce soit sur un projet documentaire, un bouquin, le retour d'un podcast avec mes potes ou un nouveau format de live voulant prendre le temps, je me tape la Vente OM. De manière moqueuse et agressive. Ou au moins en cachant un truc ! Et mon travail passe au second plan. L'échange est impossible tant que l'on ne dit pas ce que vous voulez entendre. Je ne vois pas l'intérêt de continuer ça. C'est de la pollution pour ce qui m'intéresse réellement. D'autres vous diront ce que vous voulez entendre. À bientôt » a lâché le journaliste, qui a visiblement besoin d’une bonne pause sur les réseaux sociaux. Les conséquences d’un #VenteOM qui n’a jamais cessé de bouillonner, alimenté par des supporters marseillais révoltés.