Une ambiance délétère dans les bureaux à l’OM ?

Une ambiance délétère dans les bureaux à l’OM ?

Icon Sport

Sportivement, tout va bien à l’OM, qui pointe à la deuxième place du championnat à l’issue des huit premières journées de Ligue 1.

Malgré une campagne de matchs amicaux désastreuse, l’Olympique de Marseille version Igor Tudor a réussi son début de championnat avec 6 victoires, 2 matchs nuls et aucune défaite en Ligue 1. En coulisses en revanche, tout n’est pas aussi rose que dans le domaine sportif. En effet, L’Equipe dévoile qu’en interne, le climat est bouillant à l’OM. Lundi matin, une dizaine de directeurs de service du club ont participé à une réunion de quatre heures, laquelle s’est prolongée après le déjeuner. La réunion a été animée par le tandem composé du président Pablo Longoria et de Pedro Iriondo, ami de longue date du boss de l’OM, actuel directeur général du club. Au cours de la réunion, Pablo Longoria s’est félicité du mercato, de l’effectif et du sportif en général. Il a également salué le passage au club de Laurent Colette et le travail qu’il juge remarquable d’Elodie Malatrait, sa cheffe de presse.

Le ton s’est ensuite durci. « S’il y a eu des mauvais résultats cette semaine (défaite contre Francfort, nul face à Rennes), c’est qu’il y a une mauvaise ambiance au club » a-t-il lâché en jouant franc jeu. Pablo Longoria demande plus de rigueur, de discipline et de travail à ses collaborateurs. Comme dans le champ sportif, il entend remettre de l’ordre du côté de l’administratif à l’OM. « Le premier jour où je suis arrivé (en 2020), j’ai vu Mandanda manger un hamburger » lance-t-il par exemple, encore choqué par cet épisode, pendant la réunion. Une source haut placée au club est d’accord sur le fond avec Pablo Longoria, mais n’oublie pas de lancer une belle pique au président de l’OM. « Il veut réformer une organisation qu’il juge bancale mais qu’il a lui-même mise en place » juge cette source.

Pablo Longoria dans le viseur de certains salariés

Absent durant l’été pour des raisons de santé mais de retour à son poste, le directeur général Pedro Irondo a conclu la réunion en lançant une mauvaise nouvelle. « Hors secteur sportif, il faut trouver 19 à 20 ME d’urgence dans les prochaines semaines » a-t-il expliqué. Il ne s’agit ici, pas de rééquilibrer la balance des transferts du club, mais de compenser le gonflement de la masse salariale olympienne (joueur et administratif). Une cure d’austérité est donc à prévoir mais en interne, on prévient qu’il faudra qu’elle concerne tout le monde. En substance, le train de vie de Pablo Longoria est parfois critiqué comme lorsqu’il loue « une voiture blindée lors de déplacements à l’étranger, comme à Londres » en marge du match face à Tottenham. « L’austérité oui, mais alors à tous les niveaux » souffle un salarié, qui espère que la direction de l’OM s’appliquera à elle-même ce qu’elle demande aux salariés du club.