OM : Sarri plutôt que Sampaoli, pourquoi c’était impossible

OM : Sarri plutôt que Sampaoli, pourquoi c’était impossible

Icon Sport

Après la démission d’André Villas-Boas, Pablo Longoria a contacté Maurizio Sarri pour prendre les commandes de l’Olympique de Marseille.

Devant des entraîneurs tels que Lucien Favre ou Jorge Sampaoli dans la short-list du président olympien, Maurizio Sarri était la priorité absolue de l’Olympique de Marseille. Libre depuis son départ de la Juventus Turin, l’entraîneur italien a remercié Pablo Longoria pour l’intérêt mais a rapidement décliné la proposition marseillaise. Le principal argument avancé par Maurizio Sarri était tout simplement de dire qu’il n’était pas question pour lui de prendre une équipe en cours de saison. Un argument valable puisque Sarri ne s’est pas engagé par la suite pour un autre club. Selon les informations rapportées par Tutto Juve, Maurizio Sarri vise de toute façon un club plus prestigieux que l’OM et les postulants à sa signature se bousculent.

Rome, Naples, Tottenham et Arsenal sur Sarri

Le média transalpin affirme que Maurizio Sarri est activement suivi par Arsenal, où Mikel Arteta est plus menacé que jamais. Comme indiqué par ailleurs, l’entraîneur des Gunners pourrait être licencié en cas d’élimination dès les quarts de finale de l’Europa League face au Slavia Prague jeudi soir après le match nul (1-1) à l’Emirates Stadium au match aller. Un autre manager de Premier League est menacé en la personne de José Mourinho et visiblement, Daniel Levy est également un grand fan de Maurizio Sarri et pourrait lui proposer de prendre les commandes de Tottenham. Cela étant, la priorité de l’ex-entraîneur de la Juventus Turin est de rester dans son pays, l’Italie. Deux clubs de Série A sont sur ses traces : l’AS Roma et son ancien club, Naples. Gennaro Gattuso y est menacé et Maurizio Sarri verrait d’un très bon œil de prendre sa place et de retrouver un club où il a été idolâtré par les supporters avant de rejoindre la Juventus Turin. Autant dire que face à une concurrence de cette épaisseur, l’OM n’avait pas la moindre chance et s’est donc rabattu sur Jorge Sampaoli.