OM : Sampaoli a payé pour signer à Marseille

OM : Sampaoli a payé pour signer à Marseille

Icon Sport

A la fin du mois de février, l’Olympique de Marseille a officialisé la signature de Jorge Sampaoli en remplacement de Nasser Larguet.

Le directeur du centre de formation de l’OM avait assuré l’intérim après la démission, ou le licenciement, d’André Villas-Boas. Et plutôt que d’attendre sagement l’intersaison, Pablo Longoria avait fait le choix de nommer Jorge Sampaoli au plus vite afin que l’entraîneur argentin puisse réaliser un audit des forces en présence de l’effectif dans l’optique du mercato et de la saison suivante. Ce choix semble payant dans la mesure où Sampaoli a pris 16 point sur 21 possibles lors des sept matchs qu’il a disputé aux commandes de l'Olympique de Marseille en Ligue 1. La mayonnaise prend bien entre l’Argentin et les joueurs de l’OM et cela doit combler l’ex-entraîneur de Santos, qui était déterminé à rejoindre Marseille au mois de février comme l'affirme L’Equipe dans son édition du jour.

Il est payé 300.000 euros par mois à Marseille

Le quotidien national croit savoir que c’est Jorge Sampaoli lui-même qui a payé sa clause libératoire de 600.000 euros à l’Atlético Mineiro pour obtenir sa liberté et rejoindre Marseille. Une information qui ne manquera pas de faire réagir les supporters de l’OM, globalement convaincus par les débuts de Jorge Sampaoli à Marseille. L’état d’esprit de l’ex-sélectionneur du Chili est irréprochable, et cette information ne fait que confirmer tout le bien que les supporters marseillais pensaient déjà de lui. Ce sacrifice financier de Jorge Sampaoli est toutefois à relativiser. En quittant le Brésil pour l’OM, l’entraîneur de 61 ans a augmenté son niveau de rémunération en atteignant 300.000 euros par mois, ce qui fait de lui le troisième coach le mieux payé de Ligue 1 selon les indiscrétions glissées par L’Equipe au mois de mars, derrière Mauricio Pochettino et Niko Kovac. Tout le monde est content puisque de son côté, l’OM réalise une économie par rapport au salaire qui était versé à André Villas-Boas, lequel émargeait à 400.000 euros mensuels en Provence.