OM : Rabaissé par le clan Lihadji, Maoulida réclame une bandelette

OM : Rabaissé par le clan Lihadji, Maoulida réclame une bandelette

Photo Icon Sport

Vexé par une comparaison peu flatteuse du clan Isaac Lihadji, Toifilou Maoulida n’a pas tardé à réagir. Mais sa réponse n’est pas du tout sur le même ton.

Bientôt en fin de contrat avec l’Olympique de Marseille, Isaac Lihadji devrait partir libre l’été prochain. L’ailier de 17 ans pourrait signer son premier bail professionnel avec le LOSC, soit la conséquence de l’échec des négociations avec son club formateur. Dans ces conditions l’entraîneur André Villas-Boas écarte l’international U18 et laisse sa chance à l’autre minot Marley Aké. De quoi agacer le clan Lihadji.

« Marley, c'est Toifilou Maoulida, Isaac, c'est Angel Di Maria ! », aurait comparé l’entourage du jeune Marseillais en novembre dernier selon La Provence. C’est pourquoi Maoulida, vexé, a tenu à répondre avec classe. « A l’attention de l’entourage de M. Lihadji. Je ne vais pas polémiquer ni rajouter de l’huile sur le feu, car le plus important c’est le bien-être du joueur et malheureusement il ne doit y être pour rien, a écrit l’ancien attaquant de l’OM sur Twitter. "L’entourage peut être la cause de ta réussite comme celle de ton échec". Je lui souhaite malgré tout la première. »

Maoulida répond avec classe

« Je ne suis peut-être pas une référence à vos yeux, néanmoins j’ai beaucoup de respect et d’estime pour votre joueur, un jeune issu des quartiers Nord de Marseille comme moi, un joueur que je ne connais pas, mais à qui je souhaite plein de bonnes choses et aussi une aussi longue carrière que la mienne au plus haut niveau, 20 ans et plus de 650 matchs professionnels, a rappelé le Mahorais. Les trois principes qui m’ont permis d’y arriver : "humilité, respect et détermination." Retenez bien la première s’il vous plaît pour le bien de la carrière de votre jeune joueur. »

Puis le buteur aux bandelettes a conclu avec un message adressé à Marley Aké qui, lui, n’hésite pas à porter fièrement les couleurs olympiennes. « Un petit mot pour Marley Aké au passage : prochain but, sors-moi la bandelette "Fier d'être Marseillais" », a réclamé l’attaquant retraité, rabaissé par l’entourage de Lihadji et dont la réponse aurait pu être plus offensive…