OM : Pau Lopez bousculé après son gros match face à la Lazio

OM : Pau Lopez bousculé après son gros match face à la Lazio

Icon Sport

Jorge Sampaoli lui fait totalement confiance, mais ce n’est pas encore le cas chez les suiveurs de l’OM. Pau Lopez s’est fait titiller après son gros match face à la Lazio.

Progressivement, le retournement de veste s’opère avec Pau Lopez. Titulaire indiscutable aux yeux de Jorge Sampaoli, le gardien espagnol vient d’enchainer deux gros matchs contre Lorient et surtout ce jeudi contre la Lazio Rome. Logiquement, les critiques sur son manque d’arrêt décisif ou son jeu au pied jugé trop imprécis, se sont estompées. Même si le duel avec Steve Mandanda n’est pas terminé et durera certainement toute la saison, l’ancien gardien de la Roma a pris plusieurs longueurs d’avance. C’est ce que voulait voir aussi Pablo Longoria quand il l’a recruté d’Italie avec un prêt et une option d’achat comprise. Il reste désormais à Pau Lopez les critiques qui vont forcément continuer tant certains suiveurs de l’OM étaient attachés à Steve Mandanda, une légende du club. En conférence de presse après le match face à la Lazio, l’Espagnol n’a d’ailleurs pas été ménagé par les journalistes, se faisant attaquer sur son jeu au pied, et sur les critiques sur sa « fébrilité » prétendue à plusieurs niveaux. 

Le gardien olympien est resté zen. « Je ne lis pas et je n’écoute pas ce qu’il se passe. Je savais où j’arrivais. Personnellement, je respecte les opinions de tout le monde, c’est un monde libre. Après, je me concentre sur mon jeu et mon travail. Pour le reste, je respecte tout ce qu’on peut dire de moi, que ce soit de bonnes ou mauvaises opinions », a livré Pau Lopez, histoire de ne froisser personne. En attendant, le portier de l’OM est en train de gagner sa place, et en cas de grande performance face au PSG ce dimanche, il pourrait marquer définitivement le coup dans la transition après Steve Mandanda. Le gardien de 36 ans a toutefois toujours autant de mal à s’asseoir sur le banc de touche à chaque match, mais Jorge Sampaoli a bien fait comprendre que son choix ne portait pas à discussions à ce niveau.