OM : Mandanda, Payet et Thauvin en guerre contre Eyraud !

OM : Mandanda, Payet et Thauvin en guerre contre Eyraud !

Photo Icon Sport

Le problème des salaires commence à tourner au cauchemar du côté de l'Olympique de Marseille, et des cadres sont prêts à prendre Jacques-Henri Eyraud à la gorge.

Les jours passent et les clubs de Ligue 1 ne voient rien venir concernant un accord salarial avec les joueurs, le deal signé entre les dirigeants et l’UNFP ne pouvant pas s’imposer de force. Et si dans certaines équipes les négociations se déroulent relativement sereinement, sans toutefois aller très vite, du côté de l’Olympique de Marseille la tension est désormais devenue énorme. Et cela n’est rien par rapport à ce qui pourrait intervenir si Jacques-Henri Eyraud allait au bout de ses idées. Ce lundi, L’Equipe affirme en effet que le président de l’OM envisage non seulement de ne pas reverser aux joueurs la part des salaires qui devrait l’être après la fin de saison, une fois que les droits TV auront été touchés, mais surtout de renégocier dès maintenant les salaires des joueurs les mieux payés et cela jusqu’à la fin de contrat.

Autrement dit, Jacques-Henri Eyraud espère profiter de cette situation de crise pour revoir toutes les rémunérations des joueurs de l’Olympique de Marseille jusqu'à la la fin de leur engagement avec le club phocéen. Et cette idée soumise aux joueurs a provoqué un énorme séisme. « Steve Mandanda, Dimitri Payet et Florian Thauvin, trois des quatre plus gros salaires du club, sont parmi les plus réfractaires aux requêtes de la direction », explique le quotidien sportif, qui précise que les joueurs auraient pris des renseignements auprès de différents avocats au sujet de cette baisse permanente de salaire envisagée par le président de l’OM. Et la possibilité d’une rupture unilatérale de contrat est l’arme atomique à la disposition des joueurs, lesquels pourraient donc quitter libres l’Olympique de Marseille si cette idée de refonte des salaires sur toute la durée du contrat était mise en place. Le groupe WhatsApp des footballeurs marseillais risque de chauffer aussi fort que les négociations avec Jacques-Henri Eyraud.