L1 : Radonjic en sauveur, l'OM met la pression sur ses poursuivants !

L1 : Radonjic en sauveur, l'OM met la pression sur ses poursuivants !

Photo Icon Sport

Orange Vélodrome.

OM - Brest : 2 à 1.

Buts : Sarr (57e) et Radonjić (89e) pour l’OM ; Cardona (88e) pour Brest.

En ouverture de la 15e journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille a rempli sa mission face au Stade Brestois (2-1), non sans mal et grâce à un but de Radonjic en toute fin de rencontre.

Histoire de conforter sa deuxième place, le club phocéen voulait impérativement s’imposer devant son public. Mais au terme d’une première période marquée par des occasions de Benedetto (12e, 38e), Sanson (16e) et un double poteau brestois (13e), les 22 acteurs rentraient aux vestiaires sur un score nul et vierge (0-0 à la 45e). Après la pause, le spectacle se poursuivait. D’entrée, Caleta-Car manquait le cadre (50e), mais Marseille réussissait enfin à trouver la faille avant l’heure de jeu.

Suite à un cafouillage autour de Benedetto dans la surface bretonne, Sarr surgissait pour tromper Larsonneur (1-0 à la 57e). L’OM disposait ensuite de plusieurs balles de break avec Payet (62e) et Rongier (64e), mais la barre et le poteau sauvaient Brest… En laissant le SB29 en vie, Marseille se mettait en danger. Et ce qui devait arriver arriva, Cardona égalisant face à Mandanda (1-1 à la 88e). Mais c’était sans compter sur… Radonjic. À peine rentré en jeu, l’international serbe redonnait l’avantage à son équipe dès la remise en jeu au terme d’un exploit individuel de toute beauté (2-1 à la 89e). L’OM tenait enfin son bon résultat jusqu’au bout (2-1).

Grâce à cette quatrième victoire de suite en L1, la formation olympienne conforte donc sa place de dauphin du PSG avec 28 points. Après avoir mis la pression sur leurs concurrents dans la course au podium, les Marseillais regarderont donc le reste de cette journée avec une certaine sérénité. Au contraire des hommes d’Olivier Dall'Oglio, qui pourraient plonger dans le bas du classement après ce quatrième match de rang sans la moindre victoire...