L’immigration « sur-représentée » chez les Bleus, la triste attaque

L’immigration « sur-représentée » chez les Bleus, la triste attaque

Par ses résultats et son comportement, l'équipe de France fait l'unanimité au Qatar et se rapproche d'un deuxième sacré consécutif. Mais le visage des Bleus dérange Marion Maréchal-Le Pen, la femme politique d'extrême-droite. 

Les Français plus âgés se pincent pour y croire, eux qui ont connu les éliminations en demi-finales dans les années 1980, ou la disette des années 1990 avant la Coupe du monde en France. Les Bleus ont bien validé une deuxième place en finale consécutive, et c’est une habitude facile à prendre tant il est rare de confirmer son statut d’une édition à l’autre. Malgré les températures polaires et le mois de décembre qui bat son plein, c’est tout l’hexagone qui se réjouit de voir Didier Deschamps tutoyer encore les sommets. Les audiences TV montrent que les passionnés et les amateurs de ballon rond sont à fond derrière les Bleus, et leur réussite malgré les nombreuses absences qui n’ont pas chamboulé un groupe solidaire et performant. 

Le visage des Bleus dérange Marion Maréchal

Beaucoup de compliments, et il fallait visiblement réussir à trouver un problème avec l’équipe de France. C’est la femme politique Marion Maréchal-Le Pen, petite fille de Jean-Marie Le Pen et qui a rejoint récemment le parti d’Eric Zemmour, qui a décidé de s’attaquer au « visage » au propre comme au figuré de l’équipe de France dans cette Coupe du monde. Si elle n’a pas pu trouver un défaut en terme d’implication, de patriotisme et d’amour pour la France chez les joueurs, elle a trouvé que l’effectif de Didier Deschamps n’était pas suffisamment représentatif de notre pays. 

« Je rentre assez peu dans les considérations politiques sur la question du sport. Je pense que ce n’est pas l’objet. Ce qui est sûr, c’est que le visage de cette équipe, on le voit bien, est composée de visage issus de l’immigration qui sont surreprésentés dans cette équipe indéniablement. Donc je ne suis pas sûr qu’elle soit représentative des équilibres entre français d’origine française et français d’origine immigrée. Ce qui m’importe et ce qui m’a longtemps dérangé avec cette équipe, mais pas celle-ci en l’occurence, c’est qu’il a pu y avoir des comportements ambivalents ou anti-français, notamment quand l’hymne national était changé. Pour moi, là c’était le vrai sujet politique, mais là il y a plutôt un bon état d’esprit », a souligné Marion Maréchal-Le Pen sur Europe 1. 

Des propos qui ont bien évidement fait réagir, et notamment le journaliste d’Amazon Prime Karim Bennani : « Quand il s’agit du sport je rentre assez peu dans les considérations politiques » si elle s’était arrêtée là c’était parfait ! ». En attendant, la politicienne s’est vu rappeler que l’équipe de France prenait surtout les meilleurs joueurs et les plus compétents, et n’avait pas à regarder les cartes d’identité ou les origines de chacun. « Cette équipe est surtout représentative des français qui jouent bien au foot », ont notamment fait savoir les intervenants sur Twitter, alors que la question des origines de chacun ne fait vraiment pas partie des préoccupations de Didier Deschamps et de ses joueurs.