JO : La France forfait, l'incroyable décision ?

JO : La France forfait, l'incroyable décision ?

Icon Sport

En position de force par rapport à la Fédération Française de Football, de nombreux clubs refusent de laisser leurs joueurs disputer les Jeux Olympiques avec les Bleuets. Le nombre d’éléments disponibles est donc limité. A tel point qu’un forfait est envisagé.

L’équipe de France Espoirs pourrait être contrainte de déclarer forfait pour les Jeux Olympiques. C’est dire à quel point la situation est délicate pour Sylvain Ripoll, qui n’a pas suffisamment de joueurs à sa disposition pour composer un groupe. Le sélectionneur des Bleuets, qui peut convoquer trois joueurs nés avant 1997 comme André-Pierre Gignac, doit présenter au plus tard le 30 juin une liste de 18 joueurs plus 4 réservistes, tous piochés dans une pré-liste de 50 noms communiquée à la FIFA et au CIO le 19 mai.

Le problème, c’est que les dates des Jeux Olympiques, qui se joueront du 21 juillet au 7 août, ne font pas partie du calendrier de la FIFA. Ce qui implique que les clubs ne sont pas obligés de libérer leurs joueurs pour cette compétition. C’est pourquoi l’équipe de France Espoirs collectionne les refus de la part du Paris Saint-Germain, du LOSC, du Stade Rennais ou de l’AS Monaco. Et cela vaut aussi à l’étranger puisque le Bayern Munich, le RB Leipzig ou encore Liverpool refusent de laisser leurs Bleuet s’envoler pour le Japon au moment où les championnats reprendront.

La réponse de la FIFA décisive

Du coup, la pré-liste de 50 noms se réduit fortement. « Dans cette liste, il n’y a pas suffisamment de joueurs disponibles pour faire une équipe, encore moins une liste définitive, a regretté un dirigeant de la FFF, contacté par le quotidien Le Parisien. Ripoll est face à un vrai casse-tête. Il lui faut certes 18 joueurs mais surtout des joueurs à chaque poste. Pour l’instant, ce n’est pas le cas. » Pour débloquer la situation, la FFF a demandé l’autorisation de convoquer des joueurs absents de cette fameuse pré-liste. Mais pour le moment, et même si l’Espagne et l’Allemagne se heurtent au même problème, la FIFA n’a pas encore donné sa réponse.